Archives de catégorie : European Space Agency (ESA)

K-9 Inspection – l’odeur de ma banane n’a pas échappé au nez du toutou du policier

J’ai posé mon Canon à côté du gros support-photo de la NASA (à gauche en blanc). C’est un peu en pente, mais on verra. – Photo : rke

[Cape Canaveral, February 9, 2020, rke. English below] – C’est dorénavant devenu un classique du genre, pour ne pas dire une routine : le Remote Camera. Comme je l’ai déjà expliqué lors de mes précédentes News, le pose des appareils photo à distance est un véritable parcours du combattant où l’on doit s’armer de patience.

Après les 2 badges nécessaires pour accéder au centre de presse (proche du VAB), celui de l’état et de la mission (le vert pour les étranges), les cars nous attendent à une heure fixée préalablement par email, uniquement aux heureux accrédités. Donc, après la fouille traditionnelle de la « K-9 Inspection », on a droit à la traditionnelle tournée du toutou qui renifle la moindre odeur suspecte. J’avais oublié par mégarde de sortir un fruit (une banane un peu ratatinée) de mon sac à dos et le chien s’est arrêté quelques secondes à cet endroit. Son maître a bien vu qu’il ne doit pas s’attarder, car je pense que l’animal doit éviter ce genre de victuaille. Mais je me suis quand même senti un embarrassé. Pourtant, j’avais laissé le chocolat à l’hôtel. Il faut dire qu’on se méfie de nous, même après avoir passé les étapes administratives précédentes. Comme d’habitude, les reporters et journalistes étrangers sont souvent mis de côté, mais pas toujours, du moins à la NASA. Mais cette fois-ci, les « verts » (Canadiens et Européens), seulement eux, ont dû monter dans le premier car.

The official photographer of the European Space Agency was there. – Photo: rke

Trois quarts d’heure de réglages
À 10h ce matin du dimanche 9 février 2020, le ciel est limpide, parsemé de quelques cumulus et d’un aigle qui survole les alentours. On part donc sur le fameux pas de tir SLC 41, à 5km de là, celui-là même qui a lancé la capsule privée Starliner de Boeing, en décembre dernier. On nous donne ¾ d’heure pour déposer et régler notre matériel. Je transpire, car je dois me concentrer sur les réglages de mon appareil à photo, lequel est posé sur mon tripode légèrement incliné sur un monticule, directement en face de la fusée, à une cinquantaine de mètres. Les deux fois précédentes, j’ai quasiment loupé toutes mes images. Je suis donc sur l’expectative. Mais, après tout, comme je suis le seul Helvète sur site, même des photos floues me conviendront. Je me tiens les pouces.

Un selfie pour les réglages…

La pose : 13 heures avant le décollage
Il nous a donc fallu deux heures et demie aller-retour pour installer notre matériel, de jour, soit 13 heures avant le lancement qui aura lieu encore fois de nuit avec une fusée Atlas. Retour rechercher nos images très tôt lundi matin, environ une heure et demie après le décollage.

K-9 INSPECTION – MY BANANA’s SMELL DIDN’t ESCAPE THE DOGGIE’s NOSE

[Cape Canaveral, February 9, 2020, rke] – It has now become a classic of its kind, if not a routine: the Remote Camera. As I’ve already explained in my previous news, remote camera installation is a real obstacle course where you have to be patient.

I didn’t dare take the policeman with his dog. Forbidden! Photo: rke

After the 2 badges needed to access the press center (close to the VAB), the one for the state and the mission (the green one for the strange ones), the buses are waiting for us at a time previously fixed by email, only to the lucky ones accredited. So, after the traditional search of the « K-9 Inspection », we are entitled to the traditional tour of the doggie sniffing the slightest suspicious smell. I had inadvertently forgotten to take a fruit (a slightly shriveled banana) out of my backpack and the dog stopped for a few seconds at that spot. His master saw that he shouldn’t linger, because I think the animal should avoid this kind of food. But I still felt embarrassed. Yet I had left the chocolate at the hotel. It has to be said that people are suspicious of us, even after having gone through the previous administrative steps. As usual, foreign reporters and journalists are often put aside, but not always, at least at NASA. But this time, only the « greens » (Canadians and Europeans) had to get on the first bus.

Three Quarters of an Hour of Adjustment
At 10 a.m. this morning of Sunday, February 9, 2020, the sky is clear, dotted with a few cumulus clouds and an eagle flying over the surrounding area. We leave on the famous SLC 41 launch pad, 3 miles away, the same one that launched Boeing’s private Starliner capsule last December. We are given ¾ time to drop off and pay for our equipment. I’m sweating because I have to concentrate on adjusting my camera, which is on my tripod, slightly tilted on a mound directly in front of the rocket, about 50 meters away. The two previous times, I almost missed all my pictures. So I’m on the waiting list. But, after all, as I’m the only Swiss on site, even blurry pictures will suit me. I’m holding my thumbs.

Atlas V with its exit from the flames. Photo : rke

The Exposure: 13 Hours Before Takeoff
So it took us two and a half hours round trip to set up our equipment, during the day, 13 hours before the launch, which will take place again at night with an Atlas rocket. Return to get our images very early Monday morning, about an hour and a half after liftoff.

Solar Orbiter parée au décollage

[Cape Canaveral, February 8, 2020, rke. English below] – La sonde spatiale Solar Orbiter est parée au lancement ce lundi 10 février 2020 à 23h03 (locale), 5h03 heure suisse, de Cap Canaveral. Parmi une dizaine de journalistes étrangers (dont 3 Européens et 4 Canadiens), je suis le seul reporter suisse accrédité officiellement par la NASA sur le site de l’US Air Force… et de la tour de lancement pour y poser mon appareil photo.

À gauche : la tour ULA de laquelle est sortie la fusée Atlas V (58,3 m de haut) au milieu et derrière moi le pas de tir SLC 41.
On the left: the ULA tower from which the Atlas V rocket (58.3 m high) came out in the middle and behind me the SLC 41 launch pad.
Photo taken by : Jacques van Oene

Le Soleil, on l’aime, mais il est un peu fou. A 150 millions de km de nous terriens (93 millions de miles), cette grosse marmite née il y a 5 milliards d’années crache des flammes qui forment une couronne aussi chaude que son centre. Je précise. Au cœur du Soleil, il règne une température de 15 millions de degrés C. (27 millions de degrés F.). On ne s’en serait pas douté. À sa surface : 5’982 degrés C. (10’800 degrés F.). Quoi, (seulement) ? Le pire : les crachats que notre astre nous envoie et qui forment une couronne (protubérances) dégagent une température de 45 millions de degrés C. (80 millions de degrés F.). Eh oui, aussi chaud qu’au milieu de l’astre. C’est pourquoi les astronomes (et les autres) veulent en savoir plus et y envoyer des sondes spatiales. Mais pas seulement à cause de ça.

Du « vent » à la « tempête »
Pour eux, il faut « ouvrir une fenêtre » sur l’intérieur de la couronne du Soleil, source du vent solaire, qui baigne l’ensemble du Système solaire et dont l’interaction avec notre planète gouverne la météorologie de l’espace. Car ce fameux « vent solaire » évolue alors en une « tempête solaire » qui, outre les aurores boréales, peut également provoquer des perturbations au niveau des satellites de communication, du GPS, des avions ou des réseaux électriques.

Au sommet, la sonde Solar Orbiter. – Photo : rke

Circuits électriques coupés
La plus grande tempête solaire connue de l’humanité, dite « événement de Carrington », a eu lieu en 1859. Le réseau des télégraphes aux États-Unis a alors été détruit, des agents ont reçu des décharges, du papier a brûlé dans les stations, et la lumière boréale a été visible à des latitudes inédites (jusqu’en Amérique centrale). En 1989 au Québec, la modification du champ magnétique de la Terre a créé un courant électrique à très grande échelle qui, par effet domino, fit disjoncter les circuits électriques, provoquant un gigantesque black-out. Les éruptions peuvent également perturber les radars dans l’espace aérien (comme en 2015 dans le ciel scandinave), les fréquences radio, et endommager des satellites.

Élaborer des modèles pour affiner les prédictions
Donc, allons-y voir sur place. Solar Orbiter va s’approcher à 42 millions de kilomètres du Soleil, soit moins d’un tiers de la distance Soleil-Terre. C’est à la fois loin et proche.

En observant ces régions directement liées aux sources des vents, les mesures du satellite européen et américain vont permettre d’élaborer des modèles pour affiner les prédictions. Car une ne tempête solaire peut nous arriver dessus en un jour ou deux !!!

SOlAR ORBITER READY FOR TAKE-OFF

[Cape Canaveral, February 8, 2020, rke] – The Solar Orbiter spacecraft is ready for launch on Monday, February 10, 2020 at 11:03 p.m. (local), 5:03 a.m. Swiss time, from Cape Canaveral. Among a dozen foreign journalists (including 3 Europeans and 4 Canadians), I am the only Swiss reporter officially accredited by NASA on the site of the US Air Force… and of the launch tower to put my camera there.

Rollout of Atlas V on US Air Force Base SLC 41. – Photo : rle

We love the Sun, but it’s a bit crazy. At 150 million km from us earthlings (93 million miles), this big cauldron born 5 billion years ago spits out flames that form a crown as hot as its center. Let me be more specific. At the heart of the Sun, the temperature is 15 million degrees C. (27 million degrees F.). We wouldn’t have guessed it. At its surface: 5,982 degrees C. (10,800 degrees F.). What, (only)? Worst of all: the spit that our star sends us, which forms a crown (protrusions), gives off a temperature of 45 million degrees C (45 million degrees F.). (80 million degrees F.). Yes, as hot as in the middle of the star. That’s why astronomers (and others) want to know more and send space probes there. But not only because of that.

From « wind » to « storm »…
For them, it is necessary to « open a window » on the interior of the Sun’s corona, the source of the solar wind, which bathes the entire Solar System and whose interaction with our planet governs space weather. This famous « solar wind » then evolves into a « solar storm » which, in addition to the aurora borealis, can also cause disruptions to communication satellites, GPS, aircraft or power grids.

Electrical Circuits Cut Off
The largest solar storm known to mankind, known as the « Carrington Event », occurred in 1859. The telegraph network in the United States was destroyed, agents received discharges, paper was burned at stations, and boreal light was visible at unprecedented latitudes (as far away as Central America). In 1989 in Quebec, the modification of the Earth’s magnetic field created a very large-scale electric current which, through a domino effect, caused the electrical circuits to break, resulting in a gigantic blackout. Flares can also disrupt radar in airspace (as in 2015 in Scandinavian skies), radio frequencies, and damage satellites.

Developing Models to Refine Predictions
So, let’s go there. Solar Orbiter will be approaching 42 million kilometers from the Sun, less than a third of the distance between the Sun and Earth. That’s both far and near.

By observing these regions directly linked to wind sources, measurements from the European and American satellites will enable us to develop models to refine the predictions. Because a solar storm can hit us in a day or two!!!

Tout à droite au fond la tour de lancement et Atlas V. On se prépare. At the far right is the launch tower and Atlas V. Let’s get ready.
– Photo : rke

Pourquoi Solar Orbiter n’est pas lancé de Kourou ?

[Cape Canaveral, February 7, 2020, rke. English below] – Après un mois et demi, me voilà de retour à Cap Canaveral pour mon 33e trip accrédité. Pour le lancement de la sonde européenne (et un peu américaine), Solar Orbiter prévu ce dimanche 9 février 2020 à 23h03 (locale) ou lundi 10 février à 05h03 en Suisse.

NASA/ESA, main dans la main. Me revoici au site de presse du KSC. Photo taken by : Rob v. Mackelenbergh

Good deal ! Il y a déjà vingt ans, alors qu’elle s’intéressait à notre Soleil pour mieux connaître sa couronne, l’administration américaine s’est demandé comment concevoir un satellite qui puisse tourner autour des pôles de cette fournaise à 42 millions de km, soit 1/3 de la distance qui nous sépare du Soleil. Dès lors, construire un engin rien que pour une expérience (SoloHI de l’US Naval Research), cela aurait coûté un saladier. Du coup, la NASA s’est tournée vers l’Agence spatiale européenne (ESA) pour lui proposer une collaboration scientifique. L’affaire a été conclue en réalisant une bonne opération : l’ESA se débrouille de trouver 9 autres expériences scientifiques et de récolter leurs données transmises, à condition que la NASA s’occupe du lancement.

Mon départ de Zurich le 6 février 2020. – Photo : rke

ULA, société privée obtient le contrat
Encore fallait-il trouver une fusée adéquate. Suite à un concours, c’est l’entreprise United Launch Alliance (ULA), qui a obtenu le contrat et pas SpaceX, qui, à l’époque n’était pas aussi avancé, ni Arianespace puisque les lancements on lieu de Kourou en Guyane française. Voilà pourquoi, une fusée américaine (privée) envoie ce satellite à 90% européen depuis Cap Canaveral. Finalement, avec les retards, Solar Orbiter s’en va rejoindre la sonde américaine Parker Solar Probe qui elle est partie le 12 août 2018 s’approche à 5,9 millions de km de notre astre.

La météo de l’espace
Objectif de la mission : comprendre comment le soleil contrôle son milieu magnétique (héliosphère) afin mieux appréhender ses perturbations sur notre environnement. Faire la connexion avec ce qui est ressenti sur Terre et affiner ce qu’on appelle la météorologie de l’espace. Et bien d’autres choses dont je vous parlerai tout au long de ce trip.

J’ai mon accréditation,.

Airbus & participation suisse
Le maître d’œuvre de la mission est Airbus Defence and Space à Stevenage, au Royaume-Uni. Elle s’inscrit dans la lignée de missions telles que Ulysses (1990-2009) et SOHO (1995-présent) et fournira également des ensembles de données complémentaires à la sonde solaire Parker de la NASA, qui permettront de tirer des deux missions plus de données scientifiques que chacune d’entre elles ne pourrait le faire seule.

Trois instituts suisses et 14 firmes industrielles (Romandie 3, Suisse alémanique 11) sont impliqués dans la réalisation de 3 instruments.

Why Solar Orbiter will not be launched from kourou?

 [Cape Canaveral, February 7, 2020, rke] – After a month and a half, I am back in Cape Canaveral for my 33rd accredited trip. For the launch of the European (and slightly American probe), Solar Orbiter is scheduled for this Sunday, February 9, 2020, at 23:03 (local time) or Monday, February 10 at 05:03 in Switzerland.

Avant mon départ pour la Floride, en Valais, Sion. Before I left for Florida, in Valais, Sion (Swiss Alpes)

Good deal! Twenty years ago, when NASA was already interested in us to learn more about its crown, it wondered how to design a satellite that could rotate around the poles of this 42 million km furnace, or 1/3 of the distance separating us from the Sun. From then on, building a device just for an experiment (SoloHI from US Naval Research) would have cost a fortune. So, NASA turned to the European Space Agency (ESA) to offer scientific collaboration. The deal was concluded with a good operation: ESA manages to find 9 other scientific experiments and collect their transmitted data, provided that NASA takes care of the launch.

It’s a model of the Solar Orbiter.

ULA, a Private Company, Obtains the Contract
We still had to find a suitable rocket. Following a competition, it was the United Launch Alliance (ULA), which won the contract, not SpaceX, which at the time was not as advanced, nor Arianespace, since launches take place from Kourou in French Guiana. That is why an American rocket (private) sends this satellite 90% European from Cape Canaveral. Finally, with the delays, Solar Orbiter is going to join the American probe Parker Solar Probe which it is, left on August 12, 2018, approaches 5.9 million km from our star.

Space Weather
Mission objectives: to understand how the sun controls its magnetic environment (heliosphere) in order to better apprehend its disturbances on our environment. Make the connection with what is felt on Earth and refine what is called space weather. And many other things that I will tell you about throughout this trip.

Airbus & Swiss Participation
Solar Orbiter is an ESA mission with strong NASA participation. The prime contractor is Airbus Defence and Space in Stevenage, UK. It follows in the legacy of missions such as Ulysses (1990-2009) and SOHO (1995-present) and will also provide complementary dataset

3 Swiss institutes and 14 industrial firms (French-speaking Switzerland 3, German-speaking Switzerland 11) are involved in the realization of 3 instruments.