Archives de catégorie : European Space Agency (ESA)

Tout près, la difficile quête d’images d’Artemis

[Cape Canaveral, November 20, 2022, rke, English below] – Photographier une fusée à partir d’un équipement sur le Pas de tir est une chose. Retirer ses appareils à photo du même endroit en est une autre. Surtout pour le lancement d’une fusée comme Artemis. Reportage avant et après le lancement.

L’article de Dan Steiner, rédacteur en chef adjoint du Journal du Jura, paru le 18 novembre 2022 et me concernant. English below.

D’ordinaire, lors d’autres décollages, nous avons l’habitude de poser nos objectifs sur trépied tout autour de l’engin spatial, en principe, à un endroit précis, souvent en face de l’engin spatial. Cette pose se fait généralement une dizaine d’heures avant le décollage, parfois moins. Puis, nous allons récupérer notre matériel seulement quelques heures après le.

Suivez la progression d’Orion en direct : cliquez ici

Piles à plat

Mais cette fois-ci, l’affaire a pris une tout autre dimension. L’enjeu était si important, qu’on a pu poser notre matériel deux jours avant le lancement, ce qui a créé des soucis énergétiques. Nos accus allaient-ils tenir pour ce laps de temps ? Pour me prémunir de ce problème, j’ai chargé les piles de mon boîtier Canon EOS 5D Mark III, jusqu’au dernier moment. En ce qui concerne le capteur-son (Miops-Trigger), j’ai fait pareil en installant une nouvelle pile. J’avais des doutes et je n’étais pas le seul, raison pour laquelle la NASA a donné la possibilité à ceux qui le désiraient de retourner sur le Pas de tir. Or, comme je fais partie du contingent des photographes étrangers, je n’ai pas eu le temps de m’organiser pour me rendre à temps au rendez-vous fixé, étant donné qu’il m’aurait fallu demander une escorte spéciale pour m’y amener. Cela veut dire que mes collègues américains ont pu s’y rendre à leur guise, du fait qu’ils peuvent se déplacer sur le site de presse (en face du VAB), avec leur propre voiture.

On s’accoutume

Cette façon de procéder pour les journalistes étrangers (même pour les Canadiens) n’est pas une initiative de la NASA elle-même, mais du gouvernement américain. Depuis quinze ans que nous, journalistes étrangers, sommes mis à part, nous nous sommes accoutumés à cette consigne. Je veux dire par là que, si j’avais eu la même liberté que les reporters américains, je n’aurais pas loupé le bus des étrangers pour m’amener sur le site de presse, puis un autre bus, sur le Pas de tir.

Bon, d’accord, avec des « si » et des « là », on ne refait pas le monde. Dès lors, je me suis fié à la providence pour que les piles de mon boîtier tiennent le coup. Or, elles n’ont pas tenu le coup ! Lorsque je suis arrivé sur le Pas de tir un jour plus tard, mon appareil était… à plat ! Tout simplement. Inutile de préciser que j’étais déçu, mais je me suis rassuré lorsque j’ai entendu les légers pleurs de mon voisin photographe lorsqu’il s’est aperçu que, lui aussi avait les piles en « off ».

Sécurité oblige

Ce jour-là, jeudi 17 novembre, 15 heures après le lancement, une autre surprise est venue troubler les organisateurs qui nous ont amenés sur le site. L’emplacement No 3, le plus important au pied de la fusée, a dû être fermé à notre passage. Du coup, cela nous a obligés à revenir exprès le lendemain pour récupérer nos équipements. Mais, avant d’y aller, nous avons reçu un mot d’ordre de la NASA, nous interdisant, une fois sur place, de photographier le site (le No 3). On a donc scrupuleusement obéi et sommes allés, deux jours plus tard après le décollage, rechercher le reste de nos outils photographiques. On ne nous a pas précisé le motif réel de cette interdiction, mais il semblerait qu’il s’agissait d’un problème de sécurité à cause d’un échappement de gaz potentiel.

Donc pas de photos de ce genre sur ce blog. Néanmoins, en voici deux en provenance de la NASA qui avait ses appareils à côté des nôtres. Dans le fond, ce n’est pas tant de ne pas avoir réussi des images qui me déçoit, mais ce qui me réjouit, c’est d’avoir été là tout près… d’Artemis.

Nous avons reçu un mot d’ordre de la NASA, nous interdisant, une fois sur place, de photographier le site

Mes photos sur Flickr:

nasa_artemis_1_ksc_041122_181122_©_roland_j_kellerRKE_7599
nasa_artemis_1_ksc_aout_septembre_2022_©_roland_j_kellerRKE_9360
usatrip_juin_2022_©_roland_j_keller_IMG_6684

Up Close, the Difficult Pics Capture of Artemis

[Cape Canaveral, November 20, 2022, rke] – Taking a picture of a rocket from equipment on the launch pad is one thing. Removing your cameras from the same place is another. Especially for the launch of a rocket, like Artemis. Report before and after the launch.

Usually, during other launches, we are used to put our lenses on tripods all around the spacecraft, in principle, at a precise place, often in front of the spacecraft. This pose is usually done about ten hours before takeoff, sometimes less. Then, we will recover our equipment only a few hours after the.

Flat Batteries

But this time, the matter took a completely different dimension. The stakes were so high, we were able to put our equipment down two days before launch, which created energy concerns. Would our batteries last that long? To prevent this problem, I charged the batteries in my Canon EOS 5D Mark III camera until the last moment. As for the sound sensor (Miops-Trigger), I did the same by installing a new battery. I had doubts and I was not the only one, which is why NASA gave the opportunity to those who wished to return to the launch pad. However, as I was part of the foreign photographers’ contingent, I did not have the time to organize myself to get to the rendezvous in time, since I would have had to request a special escort to get me there. This meant that my American colleagues could get there at their leisure, as they could drive to the press site (opposite the VAB) in their own cars.

Getting Used to It

This arrangement for foreign journalists (even Canadians) is not an initiative of NASA itself, but of the American government. In the 15 years that we foreign journalists have been segregated; we have become accustomed to this arrangement. By that I mean that if I had had the same freedom as the American reporters, I would not have missed the foreigners’ bus to take me to the press site, and then another bus to the launch pad.

Well, okay, with « ifs » and « but, » you can’t remake the world. From then on, I trusted to providence that the batteries of my camera would hold out. But they didn’t! When I arrived at the shooting range a day later, my camera was… flat! That’s it. I was disappointed, but I was reassured when I heard the slight cry of my photographer neighbor when he realized that he too had the batteries out.

Security Is a Must

So, Thursday, November 17, 15 hours after the launch, another surprise came to trouble the organizers who brought us to the site. Site No. 3, the most important one at the foot of the rocket, had to be closed to our passage. This meant that we had to come back on purpose the next day to get our equipment. But, before going there, we received an order from NASA, forbidding us, once there, to photograph the site (No. 3). So we scrupulously obeyed and went, two days later after the takeoff, to look for the rest of our photographic tools. We were not told the real reason for this ban, but it seems that it was a safety problem because of a potential gas exhaust.

So, no such pictures on this blog. Nevertheless, here are two from NASA who had their devices next to ours. In the end, it is not so much that I failed in taking pictures that disappoints me, but what makes me happy is to have been there very close… to Artemis.

Article by Dan Steiner, associate editor of the Journal du Jura, published on November 18, 2022, about me.

Captured by a Swissoland lens 

Roland Keller was finally able to see Artemis take off from Florida this week.

A nice, long phew. For NASA, of course, which was finally able to find a suitable launch window for Artemis 1, the rocket of the new eponymous program. But also for Roland Keller, who also had to make several trips to Florida and Cape Canaveral. « It is a great relief, after successive postponements, to know that after 11 years of development, it is finally launched. Plus, it’s gratifying, because this is my 40th on-site launch, 36 of which were accredited. » As a correspondent in the Bernese Jura, especially for « La Semaine, » the child from Pleigne does not hide his pride in being the only Swiss reporter on the shooting range. However, this has happened to him many times, since his very first space shuttle launch, STS1 in this case, on April 12, 1981. April 12, 1981 (see also Le JdJ of September 10).

Looking for a Sponsor

« I have covered seven such launches, including the Challenger explosion on January 28, 1986, Claude Nicollier’s fourth launch to the Hubble telescope on December 20, 1999, and the last flight of the shuttle Atlantis on July 8, 2011, » says the editor of the Swiss Engineering trade associations, « Swiss Technical Review. « If I count, that’s 41 years. Phew, it’s getting old! »

The Artemis program, planned to bring man back to the Moon, is, for this time, uninhabited. The mega-rocket has thus made it possible to launch the Orion spacecraft towards our natural satellite.

Roland Keller, on the other hand, is slowly coming back down to Earth. « Next year, I’m aiming for two important manned launches. First, the ULA/StarLiner, from Boeing, the competitor of SpaceX (editor’s note: Elon Musk). This one should send two astronauts, including a woman, Suni Williams, whom I met recently at Cape Canaveral. Then the liftoff of Danish astronaut Andreas Mogensen, with SpaceX Crew-7. »

And then, who knows, he smiles, maybe « his » space mission – terms used when someone is sent into space – will fall from the sky. « But only thanks to the donation of a generous potential sponsor, to eventually embark on Jeff Bezos’s Blue Origin (450,000 fr.), Virgin Galactic (180,000) or SpaceX (25 million)…

Étincelle lunaire

[Cape Canaveral, November 17, 2022, rke, English below] – Artemis part dans un ciel ocre embrasant l’horizon d’une couleur jaune pâle qui, mélangée à la brume, ressemble à un tableau d’artiste peint à la gouache.

Au premier coup d’œil, tout est perceptible. Au loin, à un peu plus de 3miles ou 5km pile en face de nous, Artemis est bien illuminée par les projecteurs. Et, tout à coup, trois secondes avant qu’elle ne se soulève, je perçois la première étincelle qui allume les moteurs et mon enthousiasme. Je sue de toutes parts. Non pas que ce soit la chaleur proprement dite qui me fasse transpirer, mais l’humidité qui envahit tout le site. Mes deux appareils sont posés à ma droite sur un petit mur, l’autre en main. Le ciel est dégagé, mais brumeux. Pas de vent, pas d’énervement. Sauf que, si, J’ai les mains m’ouates, mes doigts glissent sur l’objectif. Je peine à régler la netteté. Cela me perturbe, mais, tant pis, j’y vais ! Je presse sur le bouton de déclenchement de mon Canon R3. En silence. Fini les cliquetis des clics-clacs.

En direct sur RFJ et sur mon objectif

Je mitraille, mais personne n’entend rien, alors qu’autour de moi les crépitements des autres boitiers des photographes me déconcentrent. J’arrive quand même à photographier et cela semble bon. En même temps je m’emporte, écouteurs aux oreilles, sur mes impressions, en ligne sur la radio suprarégionale suisse RFJ. Je suis en direct, mais m’en rends même compte, tellement je suis excité par le décollage. Artémis s’élève. Je pense à régler la vitesse d’obturation, car la lumière devient plus intense. 3’900 tonnes de poussées sont nécessaires pour soulever cet engin. À +3 secondes, Artemis s’arrache si vite qu’on n’a presque pas le temps de la suivre. Cela me rappelle mes 40 décollages vécus. Bigre, je dois quand même savoir photographier une fusée ? Mais non, c’est toujours une autre rengaine. On a beau avoir de l’expérience. En photo, qui peut dire s’être toujours assuré de son coup ? J’attends avec impatience le grondement assourdissant des moteurs qui viennent finalement couper le silence du site. 

Flou, nette, flou…

Et là, après 20 secondes, cela commence de pétarader. Le ciel ocre s’illumine de toutes parts. Il s’embrase d’une couleur jaune pâle qui, mélangée à la brume, ressemble à un tableau d’artiste peint à la gouache. Ah non, c’est trop dur de fixer la tache lumineuse de la fusée, c’est si flou. J’y arrive à peine. Plus possible d’attraper mon deuxième boîter avec un grand angle. Il est trempé d’humidité. Je veux capter l’horizon. Tant pis, je lève le nez au ciel, la tête penchée à l’extrême pour apercevoir Artemis qui a percé un nuage. On la voit encore peu tout là-haut. Elle file trop vite, si vite que je suis soulagé. On est soulagé. Artemis est partie, enfin !

Pour mon 40e lancement photographique rugissant, la fusée Artemis s’est envolée mercredi 16 novembre 2022 à 1h47 locale, 7h47 suisse, avec 43 minutes de retard dans une fenêtre de lancement de 2 heures

Lunar Spark

[Cape Canaveral, November 17, 2022, rke] – Artemis leaves in an ocher sky setting the horizon ablaze with a pale-yellow color that, mixed with the haze, looks like an artist’s painting done with gouache.

At first glance, everything is perceptible. In the distance, a little more than 3 miles or 5km in front of us, Artemis is well illuminated by the spotlights. And, suddenly, three seconds before she lifts off, I see the first spark that ignites the engines and my enthusiasm. I sweat all over. Not that it is the heat itself that makes me sweat, but the humidity that invades the whole site. My two cameras are on my right on a small wall, the other in my hand. The sky is clear, but misty. No wind, no nerves. Except that, yes, my hands are wet, my fingers slip on the lens. I struggle to adjust the sharpness. It disturbs me, but never mind, I go ahead! I press the release button of my Canon R3. In silence. No more clicks and clacks.

Live on RFJ and on my lens

I shoot, but nobody hears anything, while around me the crackling of other photographers’ cameras distracts me. I still manage to shoot, and it looks good. At the same time, I am getting carried away, headphones in my ears, about my impressions, online on the Swiss supra-regional radio RFJ. I’m live, but I don’t even realize it, I’m so excited about the take-off. Artemis is rising. I think of adjusting the shutter speed, as the light becomes more intense. Three thousand nine hundred tons of thrust is needed to lift this thing. At +3 seconds, Artemis pulls away so fast that there is almost no time to follow it. This reminds me of my 40 takeoffs. I must know how to photograph a rocket, no ? But no, it’s always another story. It’s all very well to have experience. In photography, who can say that he is always sure of his shot? I wait impatiently for the deafening roar of the engines that finally cut the silence of the site. 

Blur, sharp, blur…

And there, after 20 seconds, it starts to backfire. The ocher sky lights up on all sides. It blazes with a pale-yellow color which, mixed with the mist, looks like an artist’s painting painted with gouache. Oh no, it is too hard to fix the luminous spot of the rocket, it is so blurred. I can hardly do it. I can’t catch my second box with a wide-angle lens. It is soaked with moisture. I want to capture the horizon. Too bad, I raise my nose to the sky, my head bent to the extreme to see Artemis who broke through a cloud. We still see her little up there. It goes by too fast, so fast that I am relieved. We are relieved. Artemis is gone, finally!

For my 40th roaring photographic launch, Artemis took off on Wednesday, November 16, 2022, at 1:47 a.m. local time with 43 minutes of delay in a launch window of 2 hours

Tempête lunaire

[Cape Canaveral, November 7, 2022, rke, English below] – En Floride, la tempête Nicole obstrue l’éclipse de Lune (début à 4h09, mardi 8 novembre 2022) et fige la fusée lunaire Artemis sur son pas de tir. Et le trip-fusée de la NASA sur fond de Lune tombe à l’eau.
[Image du haut : halo lunaire du 5 novembre 2022. Photo prise sur le pont de Titusville avec un téléobjectif de 400 mm]

Pied de nez à nous ! Ce lundi 7 novembre, 13h50, la NASA nous informe que l’opportunité, pour une poignée de reporters, de suivre l’éclipse totale de Lune aux côtés d’Artemis du mardi 8 novembre est annulée. La raison ? La tempête tropicale Nicole qui s’approche. Pourtant, rien ne semble pour le moment, à 12h15 (locale) venir perturber la quiétude. Ciel bleu, température un peu frisquette, 28 degrés C. C’est le calme avant la tempête.

Image prise depuis le pont de Titusville le 5 novembre 2022 avec un téléobjectif de 400 mm
Image prise depuis le pont de Titusville le 5 novembre 2022 avec un téléobjectif de 400 mm.

Des vents à 210 à 250 km/h

Le Kennedy Space Center est en mode Hurcon IV. Les tempêtes de catégorie 4 peuvent causer des « dommages catastrophiques » avec leurs vents de 130 à 156 mph (210 à 250 km/h). Elles peuvent peut causer de graves dommages aux maisons bien construites, notamment en endommageant la majeure partie du toit et des murs extérieurs. « La plupart des arbres seront cassés ou déracinés et les poteaux électriques abattus », explique le National Hurricane Center. Donc pas question de se balader au pied de la fusée. La tempête, qui peut se transformer en ouragan, se dirige vers le sud-est de la Floride et risque de bifurquer à droite pour remonter jusqu’au centre spatial. Vu la tournure que prend cette tempête, il est possible que la fusée Artemis et les alentours subissent des dégâts. Un retour au bercail est un peu tard en ce moment – il faut 10 heures environ pour acheminer Artemis jusqu’au VAB – mais si cela devait être le cas, les dates potentielles de lancement du 14, 16 ou 19 novembre risqueraient d’être compromises.

Photo prise par Philippe Henarejos le 5 novembre 2022 sur le pont de Titusville où on me voit photographier la Lune avec, en bas au fond, Artemis illuminée.
Photo prise par Philippe Henarejos le 5 novembre 2022 sur le pont de Titusville où on me voit photographier la Lune avec, en bas au fond, Artemis illuminée.

Durée : 1 heure et 25 minutes

Cela dit, la Terre va quand même poser son ombre sur la Lune ce mardi 8 novembre, de surcroît le jour des élections des Midterms. Il s’agira de la deuxième éclipse totale de Lune en 2022, après celle du mois du 16 mai. Le phénomène devrait durer une heure et vingt-cinq minutes, selon l’Institut français de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). L’éclipse devrait commencer en Europe à 11h16, pour être maximum à 11h59 et finir à 12h41. Durant cette période, la Lune se trouvera dans le cône d’ombre projetée par la Terre et prendra une teinte rouge cuivrée. 

Visible au mieux au Texas

Aux USA, elle aura lieu tôt le matin du jour du scrutin. La moitié environ des 48 États contigus bénéficieront d’un ciel généralement dégagé, ce qui constituera une toile de fond parfaite pour observer l’éclipse totale de Lune qui aura lieu tôt le matin du jour du scrutin. 

« Une large crête de haute pression canadienne centrée sur le centre de l’Ontario qui s’étendra vers le sud-est dans le nord-est, l’Atlantique moyen, la vallée de l’Ohio et du Tennessee et l’est des États des Grands Lacs, assurant de bonnes conditions d’observation pour le spectacle lunaire de mardi matin. Cette région du pays aura les meilleures chances de voir l’éclipse. Boston, New York, Baltimore, Columbus et Nashville devraient toutes bénéficier de belles vues. Le temps clair pourrait s’étendre jusqu’à la côte du golfe du Mexique et au sud du Texas, ce qui permettrait à des villes comme Shreveport, Houston et Austin de bénéficier également d’une bonne visibilité. Une autre région particulièrement prometteuse est celle de l’Arizona et du Colorado », souligne notre confrère Jo Rao de Space.com.

Moon Storm

[Cape Canaveral, November 7, 2022, rke] – In Florida, storm Nicole obstructs the lunar eclipse (beginning at 4:09 a.m., Tuesday, November 8, 2022) and freezes the Artemis lunar rocket on its launch pad. And NASA’s rocket trip against the backdrop of the Moon falls through.

Photo taken from Titusville bridge.

This Monday, November 7, NASA has just informed us that the opportunity for a handful of reporters to follow the total lunar eclipse on Tuesday, November 8, has been canceled. The reason? Tropical Storm Nicole is approaching. However, at 12:15 p.m. (local time), nothing seems to disturb the quietude. Blue sky, temperature a little chilly, 28 degrees C. It is the calm before the storm. The Kennedy Space Center is in Hurcon IV mode.

Winds at 130-156 Mph

Category 4 storms can cause « catastrophic damage » with their 130-156 mph winds. It can cause severe damage to well-constructed homes, including damaging most of the roof and exterior walls. « Most trees will be snapped or uprooted, and power poles downed,” the National Hurricane Center, said.

So, no way to walk around the foot of the rocket. The storm, which may turn into a hurricane, is heading southeast of Florida and may veer to the right and back up to the space center. With the way this storm is shaping up, damage to the Artemis rocket and the surrounding area is possible. A return home is a bit late at this point – it takes about 10 hours to get Artemis to the VAB – but if that were to be the case, the potential dates of launch for Nov. 14, 16 or 19 could be compromised. 

Best Seen in Texas

This will be the second total lunar eclipse in 2022, after the one in May. The phenomenon should last one hour and twenty-five minutes. About half of the 48 contiguous states will enjoy mainly clear skies, providing a perfect backdrop for viewing the total eclipse of the moon that will take place early on Election Day morning. “A large ridge of Canadian high pressure centered over central Ontario which will ridge southeast into the Northeast, middle Atlantic, Ohio and Tennessee River Valley and eastern Great Lakes states ensuring good viewing conditions for Tuesday morning’s moon show. This region of the country will have the best viewing odds for the eclipse. Boston, New York, Baltimore, Columbus and Nashville all should enjoy fine views. Clear weather could extend all the way down to the Gulf Coast and southern Texas, allowing places like Shreveport, Houston and Austin fine views as well. Another area that looks particularly promising is across much of Arizona as well Colorado”, says Space.com‘s Jo Rao. « The moon begins to dim, but the effect is quite subtle, » NASA wrote (opens in new tab) in an eclipse timeline. More striking will be the partial eclipse phase, which will begin at 4:09 a.m. EST and last just over an hour. This is when the moon enters the Earth’s umbra, or darker portion of the Earth’s shadow. If you didn’t notice the penumbral eclipse, you should be able to see this with your unaided eye.

« To the naked eye, as the moon moves into the umbra, it looks like a bite is being taken out of the lunar disk, » NASA wrote in its guide.

🍾 Mon 40ème lancement rugissant 🥂

[Cape Canaveral, September 6, 2022, rke, English below] – Malgré le report d’Artemis, j’assiste à mon 40e lancement de fusée. Celui de Musk avec ses satellites internet et, surtout, avec un module de transfert écologique de covoiturage.

Photo captée avec mon Canon EOS R3 depuis le SLC 40. Objectif : 400 mm.

Les « Quarantièmes rugissants », vous connaissez ? C’est le nom donné par les marins aux latitudes situées entre les 40e et 50e parallèles dans l’hémisphère Sud, appelées ainsi en raison des vents forts établis, venant majoritairement de l’ouest. Cela n’a rien à voir avec Artemis, mais j’adore utiliser cette anaphore pour parler d’un jubilé. Le mien.

Dimanche 4 septembre, en compagnie d’Émilie Martin et de Philippe Henarejos du magazine bimestriel « Ciel & Espace », ainsi que du photographe de l’Agence spatiale européenne (ESA), Andrea Conigli et ses deux collègues, nous avons assisté à un décollage de nuit, à 10h09 locale, 4h09 du matin le lendemain, 5 septembre, suisse, à partir du complex SLC40

J’ai donc emmené tout ce petit monde au port Canaveral en face du Sands Space History Center habituel. Voir carte. C’est sur ce bord de lagune que j’ai pu fêter mon 40e lancement [7 Shuttle, 2 Delta, 7 Atlas, 17 Falcon (dont 2 Heavy), 4 Orbital, 2 Ariane et 1 Artemis ]  pour voir ce décollage où j’ai pu installer tout mon équipement récupéré dupe de tir d’Artemis. Ironie de l’histoire, en congé, Andrea Conigli n’a pas pris son matériel photo. J’avoue que je n’ai pas caché ma fierté d’être le seul à avoir pu capter des images avec le matériel adéquat. Pour ne pas dire de pro, parce que j’ai un équipement de professionnel. À la suite de ce lancement, on a bien fêté le coup !

51 satellites internet Starlink de plus

Ce qu’on a vu dans le ciel ce dimanche 4 septembre.

Il s’agissait du septième vol du premier étage d’appoint de cette mission, qui avait déjà lancé Arabsat-6A, STP-2, COSMO-SkyMed Second Generation FM2, KPLO. Falcon 9 a également emmené 51 satellites internet Starlink supplémentaires ainsi qu’une charge utile de covoiturage qui utilise un véhicule de transfert orbital construit par l’entreprise Spaceflight pour monter sur une orbite plus élevée.

Ce véhicule de transfert orbital Sherpa-LTC de la mission Starlink 4-20 transporte la mission de démonstration technologique Varuna de Boeing, ou Varuna-TDM. Cette mission a pour but de faire la démonstration de technologies et de réaliser des tests de performance en orbite pour un système de communication en bande V, une constellation de 147 satellites destinée à fournir une connectivité à large bande aux utilisateurs commerciaux et au gouvernement américain.

Avec des propergols verts

Pour les puristes, le système de propulsion chimique Sherpa utilise le système de propulsion Polaris de Benchmark Space Systems avec des propergols verts. Le peroxyde à haut test (HTP) est l’oxydant et l’alcool isopropylique (IPA) est le carburant. Ces propergols sont alimentés par pression, en utilisant l’azote gazeux comme pressuriseur. Polaris est un système bipropulseur bimode doté de quatre propulseurs à commande indépendante. Le HTP peut être utilisé comme monopropulseur en mode faible poussée ou combiné à l’IPA en mode forte poussée. Chaque propulseur peut fournir jusqu’à 22 N de poussée individuellement ; lorsqu’ils sont utilisés ensemble, les quatre propulseurs fournissent jusqu’à 88 N de poussée. Grâce à la possibilité de commander les propulseurs indépendamment, Sherpa peut se diriger sans avoir recours à un cardan.

À 1’000 km d’altitude

Ma vidéo captée par un iPhone 13 ProMax. Remarquez, tout à gauche, un gros trait lumineux. C’est : Artemis !

Ce véhicule de transfert orbital de Spaceflight, qui fonctionne à l’énergie solaire, effectuera une série de mises à feu pour atteindre une orbite circulaire à 1’000 kilomètres au-dessus de la Terre. La charge utile de démonstration technique de Varuna a été conçue et construite par Astro Digital, qui a également fourni le système de commande et de contrôle du véhicule de transfert orbital Sherpa-LTC.

Pic taken with my Canon EOS R3 from the SLC 40. Lens: 400 mm.

[Cape Canaveral, September 6, 2022, rke] – Despite the postponement of Artemis, I am attending my 40th rocket launch. Musk’s with his internet satellites and, above all, with an ecological “carpooling” or rideshare module payload.

Do you know the « Quarantièmes rugissants »? This is the name given by sailors to the latitudes located between the 40th and 50th parallels in the Southern Hemisphere, so called because of the strong winds established, mostly coming from the west. It has nothing to do with Artemis, but I love using this anaphora to talk about a jubilee. My own.

On Sunday, September 4, with Émilie Martin and Philippe Henarejos from the bimonthly magazine « Ciel & Espace« , as well as the photographer of the European Space Agency (ESA), Andrea Conigli and his two colleagues, we attended a night take-off, at 10:09 a.m. local time, 4:09 a.m. the next day, September 5, Swiss. From the SLC40 launch PAD.

So, I took all this little world to the Canaveral port in front of the usual Sands Space History Center. See map. It is on this edge of the lagoon that I was able to celebrate my 40th launch [7 Shuttle, 2 Delta, 7 Atlas, 17 Falcon (dont 2 Heavy), 4 Orbital, 2 Ariane and 1 Artemis] to see this liftoff where I was able to install all my equipment recovered from the Artemis launch pad. Ironically, on leave, Andrea Conigli did not take his photo equipment. I admit that I did not hide my pride to be the only one to have been able to capture images with the proper equipment. Not to say professional, because I have professional equipment. After the launch, we celebrated!

51 More Starlink Internet Satellites 

Des ingénieurs de Spaceflight, s’affairent autour de Sherpa. – Spaceflight engineers are busy around Sherpa. Photo : Spaceflight

This was the seventh flight of the mission’s first stage booster, which previously launched Arabsat-6A, STP-2, COSMO-SkyMed Second Generation FM2, KPLO. Falcon 9 also carried 51 additional Starlink internet satellites and a carpool payload that uses an orbital transfer vehicle built by the company Spaceflight to climb to a higher orbit. This Sherpa-LTC orbital transfer vehicle on the Starlink 4-20 missions carries Boeing’s Varuna Technology Demonstration Mission, or Varuna-TDM. The mission is designed to demonstrate technologies and perform in-orbit performance testing for a V-band communications system, a proposed 147-satellite constellation to provide broadband connectivity to commercial and U.S. government users.

With Green Propellants 

Ce n’est pas ma photo, mais celle de SpaceX qui a installé sa caméra proche de la fusée. This is not my pic., but the one of SpaceX which installed its camera close to the rocket.

For the experts, the Sherpa chemical propulsion system utilizes the Polaris propulsion system from Benchmark Space Systems with green propellants. High Test Peroxide (HTP) is the oxidizer and Isopropyl Alcohol (IPA) is the fuel. These propellants are pressure-fed, using gaseous nitrogen as the pressurant. Polaris is a dual-mode bipropellant system with four independently controlled thrusters. HTP can be used as a monopropellant in a low-thrust mode or combined with IPA in high-thrust mode. Each thruster can provide up to 22 N of thrust individually; when operated together, all four thrusters provide up to 88 N of thrust. With the ability to command the thrusters independently, Sherpa can steer without the need of a gimbal. The Sherpa chemical propulsion system utilizes the Polaris propulsion system from Benchmark Space Systems with green propellants. High Test Peroxide (HTP) is the oxidizer and Isopropyl Alcohol (IPA) is the fuel. 

At 621 Miles Altitude

This Spaceflight’s solar-powered orbital transfer vehicle will perform a sequence of burns to reach a circular orbit round 620 miles (1,000 kilometers) above Earth. The Varuna tech demo payload was designed and built by Astro Digital, which also provided the command-and-control system for the Sherpa-LTC orbital transfer vehicle.

Photo taken by Mélanie Martin.

De la Lune à la Terre pour un béton écologique

[Cape Canaveral, June 12, 2022. rke. English below] – Le camion de l’espace de SpaceX/NASA CRS-25 doit amener des expériences scientifiques sur orbite à 450 km d’altitude en vue d’obtenir une cartographie de poussières minérales et fournir une alternative de béton écologique pour la fabrication de structures sur Terre, comme sur la Lune avec le projet Artemis.

Photo du haut : ma photo d’un lever de soleil sur le pas de tir 39B avec la fusée Artemis I.

Le 14 janvier 2022, de forts vents saisonniers ont transporté de la poussière du nord-ouest de l’Afrique au-dessus des îles Canaries, entraînant une baisse de la visibilité et de la qualité de l’air. EMIT mesure la composition minérale de la poussière dans les régions arides de la Terre, créant ainsi une carte qui pourrait permettre de mieux comprendre comment la poussière affecte les personnes et les communautés.
On Jan. 14, 2022, strong seasonal winds carried dust from northwest Africa over the Canary Islands, causing visibility to drop and air quality to decline. EMIT measures the mineral composition of dust in Earth’s arid regions, creating a map that could improve understanding of how dust affects people and communities. © : NASA

Une capsule Dragon devait décoller de Cap Canaveral (SLC-40) vers la Station internationale (ISS) ce vendredi 10 juin, mais cette mission CRS-25 (ou SpX-25) est reportée dès le 28 juin. Je dis « dès » car la date dépend de la réparation du cargo qui transporte le matériel, autrement dit la capsule Dragon de SpaceX chapeautée par la NASA. Je ne peux évidemment pas rester aussi longtemps pour assister au décollage, bien que je sois dûment accrédité. Toutefois, c’est grâce à cette accréditation que j’ai pu assister au rollout (à la sortie) d’Artemis et à son lever de soleil sur son pas de tir.

Pourquoi ce retard ? Le problème concerne le carburant, de l’hydrazine, utilisé pour les petits propulseurs Draco de la capsule. Un sujet qui préoccupe les ingénieurs puisque, le 26 décembre 2019, le même problème est survenu lors d’un essai au sol avec la version habitée. Face aux niveaux anormalement élevés de vapeur d’hydrazine, la NASA et SpaceX ont décidé de décharger le carburant et l’oxydant de la zone affectée pour pouvoir passer à des inspections et des tests approfondis. Donc, nous attendons…

Cicatrisation des plaies…


This image shows skin samples cultured in the Suture in Space hardware prior to flight. This European Space Agency (ESA) investigation examines the behavior of sutures and wound healing in microgravity. Cette image montre des échantillons de peau cultivés dans le matériel Suture in Space avant le vol. Cette initiative de l’Agence spatiale européenne (ESA) examine le comportement des sutures et la cicatrisation des plaies en microgravité. © : University of Florence

Cette 25e mission de services de réapprovisionnement en fret transporte des recherches scientifiques et des démonstrations technologiques. Elles comprennent des études sur le système immunitaire, la cicatrisation des plaies, des biomarqueurs sans cellules, ainsi que la cartographie de la composition de la poussière terrestre et l’essai d’une alternative au béton.

Cartographier la poussière de la Terre

Le projet EMIT (Earth Surface Mineral Dust Source Investigation), développé par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie, utilise la technologie de spectroscopie d’imagerie de la NASA pour mesurer la composition minérale de la poussière dans les régions arides de la Terre. La poussière minérale soufflée dans l’air peut parcourir d’importantes distances et avoir un impact sur le climat de la Terre, la météo, la végétation, etc. Par exemple, la poussière contenant des minéraux sombres qui absorbent la lumière du soleil peut réchauffer une région, tandis que la poussière minérale de couleur claire peut la refroidir. La poussière soufflée affecte également la qualité de l’air, les conditions de surface telles que le taux de fonte des neiges, et la santé du phytoplancton dans l’océan. L’enquête recueille des images pendant un an afin de générer des cartes de la composition minérale des régions de la Terre qui produisent de la poussière. Ces cartes pourraient nous aider à mieux comprendre les effets de la poussière minérale sur les populations humaines actuelles et futures.

Mélange d’eau et de protéine appelée albumine de sérum bovin 

La recherche sur les biopolymères pour les capacités in situ examine comment la microgravité affecte le processus de création d’un béton alternatif fabriqué à partir d’un matériau organique et de matériaux sur place telle que la poussière lunaire ou martienne, appelé composite biopolymère-sol (BPC). L’utilisation des ressources disponibles sur le lieu de la construction permet d’augmenter la masse du matériau de construction et, par conséquent, la quantité de blindage. « Les astronautes sur la Lune et sur Mars auront besoin d’habitats offrant une protection contre les rayonnements, mais le transport de grandes quantités de matériaux de construction conventionnels depuis la Terre est impossible d’un point de vue logistique et financier », a déclaré Laywood Fayne, membre de l’équipe. « Notre équipe d’étudiants, dirigée par Michael Lepech du Blume Earthquake Engineering Center de l’université de Stanford, étudie un moyen de convertir le régolithe de ces environnements en un matériau ressemblant à du béton en y mélangeant de l’eau et une protéine appelée albumine de sérum bovin. »

Moins de carbone pour le béton

Ce matériau durcit à mesure que l’eau s’évapore, un processus affecté par la gravité, explique James Wall, codirecteur de l’équipe. « Notre projet consiste à fabriquer six briques en microgravité pour les comparer aux briques fabriquées sur Terre à 1G et à moins de 1G », explique Wall. « Nous étudierons le nombre et les orientations des ponts protéiques, la résistance à la compression et la porosité. Nos conclusions pourraient aider à déterminer comment ces briques pourraient se former sur la Lune et sur Mars. »

Les BPC pourraient également offrir une alternative de béton écologique pour la fabrication de structures sur Terre. En 2018, la production de béton représentait 8% des émissions mondiales de carbone. Le matériau BPC n’a aucune émission de carbone et peut être fabriqué à partir de ressources locales et facilement disponibles, ce qui simplifie également les chaînes d’approvisionnement. Cette expérience s’inscrit dans le cadre du programme SPOCS (Student Payload Opportunity With Citizen Science) de la NASA, qui offre aux étudiants inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur la possibilité de concevoir et de construire une expérience à destination et en provenance de la Station spatiale internationale.

Moon to Earth for green concrete

[Cape Canaveral, June 12, 2022] – The SpaceX/NASA CRS-25 space truck is set to take scientific experiments into orbit at an altitude of 450 km, to obtain maps of the effects of mineral dust on people and to provide an environmentally friendly concrete alternative for making structures on Earth, such as on the Moon with the Artemis project.

Top photo: Sunrise on launch pad 39B.

Flight hardware for the Biopolymer Research for In-Situ Capabilities, an investigation of how microgravity affects the process of creating a concrete alternative made with an organic material and on-site materials such as lunar or Martian dust. Each module makes two bricks, for a total of six bricks made in space. Matériel de vol pour la recherche sur les biopolymères pour les capacités in situ, une étude sur la façon dont la microgravité affecte le processus de création d’une alternative en béton faite avec un matériau organique et des matériaux sur place tels que la poussière lunaire ou martienne. Chaque module fabrique deux briques, soit un total de six briques fabriquées dans l’espace.© : James Wall

A Dragon capsule was supposed to lift off from Cape Canaveral (SLC-40) to the International Space Station (ISS) this Friday, June 10, but this CRS-25 (or SpX-25) mission has been postponed until June 28. I say « as early as » because the date depends on the repair of the cargo ship carrying the hardware, otherwise the SpaceX Dragon capsule chartered by NASA. I obviously cannot stay that long to witness the liftoff, although I am duly accredited. However, it is thanks to this accreditation that I was able to attend the rollout of Artemis and its sunrise on its launch pad.

Why this delay? The problem concerns the fuel, hydrazine, used for the small Draco thrusters of the capsule. A subject that worries the engineers since, on December 26, 2019, the same problem occurred during a ground test with the manned version. Faced with abnormally high levels of hydrazine vapor, NASA and SpaceX decided to unload the fuel and oxidizer from the affected area so that they could move on to thorough inspections and testing. So, we’re waiting…

Wound healing…

This 25th cargo resupply service mission carries scientific research and technology demonstrations. They include studies of the immune system, wound healing, cell-free biomarkers, as well as mapping the composition of earth dust and testing an alternative to concrete.

Mapping Earth’s Dust

The Earth Surface Mineral Dust Source Investigation (EMIT), developed by NASA’s Jet Propulsion Laboratory in California, employs NASA imaging spectroscopy technology to measure the mineral composition of dust in Earth’s arid regions. Mineral dust blown into the air can travel significant distances and have impact Earth’s climate, weather, vegetation, and more. For example, dust containing dark minerals that absorb sunlight can warm an area, while light-colored mineral dust can cool it. Blowing dust also affects air quality, surface conditions such as the rate of snow melt, and phytoplankton health in the ocean. The investigation collects images for one year to generate maps of the mineral composition in the regions on Earth that produce dust. Such mapping could advance our understanding of the effects of mineral dust on human populations now and in the future.

A Mixture of Water and a Protein Called Bovine Serum Albumin

Biopolymer Research for In-Situ Capabilities looks at how microgravity affects the process of creating a concrete alternative made with an organic material and on-site materials such as lunar or Martian dust, known as a biopolymer soil composite (BPC). Using resources available where construction takes place makes it possible to increase the mass of the construction material and, therefore, the amount of shielding. »

Astronauts on the Moon and Mars will need habitats that provide radiation shielding but transporting large amounts of conventional construction materials from Earth is logistically and financially infeasible,” said team member Laywood Fayne. “Our student team, led by Michael Lepech from the Blume Earthquake Engineering Center at Stanford University, is studying a way to convert regolith in these environments into a concrete-like material by mixing in water and a protein known as bovine serum albumin.”

Less Carbon for Concrete

This material hardens as the water evaporates, a process affected by gravity, explains team co-lead James Wall. “Our project consists of making six bricks in microgravity to compare to bricks made on Earth at 1 g and less than 1 g,” Wall says. “We will investigate the number and orientations of protein bridges, compressive strength, and porosity. Our conclusions could help determine how these bricks might form on the Moon and Mars.”

BPCs also could offer an environmentally friendly concrete alternative for making structures on Earth. In 2018, concrete production represented 8% of global carbon emissions. BPC material has zero carbon emissions and can be made from local, readily available resources, which also simplifies supply chains. This experiment is a part of NASA’s Student Payload Opportunity with Citizen Science (SPOCS) program, which provides students enrolled in institutions of higher learning the opportunity to design and build an experiment to fly to and return from the International Space Station.

Quelques unes de mes images d’Artemis sur son pas de tir PAD 39B prises du Canaveral National Seashore.

  • Mes photos de mon trip de juin 2022 / NASA-SpaceX-Artemis sur Flickr:
    cliquez ici

Artemis remontre son nez ce lundi de Pentecôte

[Cape Canaveral, June 3, 2022. rke. English below] – La fusée lunaire Artemis (SLS) sort de son hangar (VAB) pour la 2e fois – une procédure importante, mais usuelle – ce lundi de Pentecôte 6 juin 2022 à 0h01 (locale), 06h01 (suisse). Sous nos yeux et nos objectifs, tout proches. 

Derrière moi, le pas de tir 39B que je connais bien, d’où sera arrivée, mais seulement arrivée, la fusée lunaire Artemis. On la verra, de très près, mais on n’osera pas la toucher. – Behind me, the launch pad 39B that I know well, from where the Artemis lunar rocket will arrive, but only arrive. We will see it, very close, but we will not dare to touch it.

Ben, dans mon malheur, cela a toujours été ainsi, comme on dit en bon vieux français, je « retombe sur mes pattes », comme un chat. Je traduis pour les Américains du coin, enfin pour les autres aussi, il s’agit de dire que j’arrive toujours à me sortir de mes ennuis, souvent très bien. C’est encore le cas cette fois, puisque, suite à la panne de ma de voiture du 30 mai 2022 où j’ai loupé l’avion, j’ai reçu le jour même de nouvelles accréditations :

Derrière moi, le fameux bâtiment VAB (160 m de haut) dans lequel sortira Artemis. On l’attend.
  1. La sortie de son hangar (VAB), lundi 6 juin 2022 à 0h01 (locale), 06h01 (suisse), de la nouvelle grosse fusée de la NASA, SLS Artemis 1. (J’en parle ci-après)
  2. Lancement de la mission Nielsat (satellite géostationnaire égyptien) du pas de tir SLC-40, mercredi 8 juin 2022 à 17h03 (locale), 23h03 (suisse)
  3. Lancement de la mission cargo (camion de l’espace) de SpaceX CRS SpX-25 du pas de tir historique LC-39A avec une fusée Falcon 9 (Block 5), vendredi 10 juin 2022 à 10h22 (locale), 16h22 (suisse)

Semaine du 6 au 12 novembre 2022 très chargée

À nouveau 3 importantes activités en une semaine et, ce qui met Cap Canaveral et son centre spatial en effervescence. Dès lors, pour Artemis+SpaceX CRS SpX-25, je me suis hâté d’aller chercher sur place mon premier badge vert foncé de la NASA, le second, celui de la mission viendra quelques heures avant. Autant dire d’emblée que je suis comblé, et, croyez-le, je souhaiterais que tous les fans de l’espace, et il y en de nombreux dans le Jura, le Jura bernois, en Suisse romande et en Suisse alémanique (Est de la Suisse), puissent être aussi à ma place.

En plus, preuve que tout le monde spatial est en verve, la NASA invite les médias à son siège à Washington, mardi 7 juin 2022 à 8h45 (locale), 14h45 (suisse), à une conférence de presse avec les astronautes de l’équipage SpaceX Dragon Crew-2, celui avec l’astronaute français Thomas Pesquet, qui aux USA a gagné en notoriété, comme Claude Nicollier, notre astronaute helvétique l’avait fait en son temps lors de ses 4 missions spatiales, dont la dernière pour la réparation du télescope Hubble (l’engin était devenu myope), en décembre 1999. Que le temps passe !

Vous pensez bien que je ne peux m’y rendre en si peu de temps (un jour aller-retour), surtout que le prix de l’essence vient de réaugmenter à 4,75 dollars le gallon (1,25 franc suisse le litre)

À propos des nouveaux scaphandres

En plus, l’Administration américaine a dévoilé ce 1er juin 2022 qu’elle va déléguer le développement des nouveaux scaphandres, qui datent d’une quarantaine d’années, aux entreprises Collins Aerospace et une autre plus connue, Axiome Space. Ces combinaisons seront plus souples, plus protectrices des micrométéorites et des poussières lunaires et seront utilisées aussi bien sur la Lune que sur les stations spatiales pour des sorties dans l’espace. Rien à voir avec les combis utilisées par SpaceX seulement pour rester à l’intérieur des cabines spatiales, ni celles, de couleur bleu foncé de la NASA avec Boeing Starliner, très souples, très souples. 

  • J’ai remis à jour ma liste de trips : j’en suis à mon 36e lancement sur site ! Cliquez ici

Du vécu !
Ci-après mes différents trips sur place sur l’évolution d’Orion à d’Artemis (F+E)

Artemis Shows its Nose This Monday

[Cape Canaveral, June 3, 2022] – The Artemis lunar rocket (SLS) is coming out of its hangar (VAB) for the second time – an important but usual procedure – this Whit Monday (Holiday in Switzerland), June 6, 2022, at 12:01 a.m. Under our eyes or our lenses, very close.

Well, in my misfortune, it has always been like that, as we say in good old French, I « land on my feet », like a cat. I translate for the Americans around here, well for the others too, it is to say that I always manage to get out of my troubles, often very well. It is still the case this time, since, following the breakdown of my car on May 30, 2022, when I missed the plane, I received the same day new accreditation:

  1. The exit from its hangar (VAB), Monday, June 6, 2022, at 12:01 a.m. of the big new rocket of NASA, SLS Artemis 1. (I talk about it below)
  2. Launch of the Nielsat mission (Egyptian geostationary satellite) from launch pad SLC-40, Wednesday, June 8, 2022, at 17:03 (local), 23:03 (Swiss)
  3. Launch of the SpaceX CRS SpX-25 cargo mission (space truck) from the historic LC-39A launch pad with a Falcon 9 (Block 5) rocket, Friday, June 10, 2022, at 10:22 a.m. (local), 4:22 p.m. (Swiss)

Busy week of November 6-12, 2022

Vue de l’intérieur du News Center du KSC ù l’on voit le PAD 39B où sera installée Artemis. View from inside the KSC News Center showing PAD 39B where Artemis will be installed.

Again 3 important activities in one week, which puts Cape Canaveral and its space center in effervescence. So, for Artemis+SpaceX CRS SpX-25, I hurried to get my first dark green NASA badge, the second one, the one of the missions will come a few hours before. I can say right away that I am very happy, and believe me, I wish that all the space fans, and there are many of them in the Jura, the Bernese Jura, in the French-speaking part of Switzerland and in the German-speaking part of Switzerland (East of Switzerland), could also be in my place.

Moreover, as a proof that the whole space world is in a frenzy, NASA invites the media at its headquarters in Washington, Tuesday, June 7, 2022, at 8:45 a.m. (local), 2:45 p.m. (Swiss), to a press conference with the astronauts of the SpaceX Dragon Crew-2, the one with the French astronaut Thomas Pesquet, who has gained notoriety in the USA, as Claude Nicollier, our Swiss astronaut had done in his time during his 4-space missions, including the last one for the repair of the Hubble telescope (the spacecraft had become myopic), in December 1999. How time flies!

You can imagine that I can’t get there in such a short time (one-day round trip), especially since the price of gasoline has just increased to 4.75 dollars a gallon (1.25 Swiss francs a liter)

Regarding the new suits

In addition, the U.S. Administration announced on June 1, 2022, that it will delegate the development of the new suits, which are about 40 years old, to the companies Collins Aerospace and another better known, Axiome Space.. These suits will be more flexible, more protective of micrometeorites and lunar dust and will be used on the Moon as well as on space stations for spacewalks. Nothing to do with the suits used by SpaceX only to stay inside the space cabins, nor the dark blue ones used by NASA with Boeing Starliner, very soft. 

  • I’ve updated my trip list: I’m on my 36th site launch! Click here

Le cadeau du père Noël est arrivé : Ariane V s’est envolée le 25 décembre 2021

Ariane V (VA 256) s’est envolée à Noël de Kourou, Guyane française, le 25 décembre à 13h20 (Suisse). Photo : ESA / CNES

The James Webb Space Telescope was successfully deployed into the intended orbit approximately 28 minutes after being launched by an Ariane 5 launch vehicle (Ariane Flight VA256) from Ariane Launch Complex No. 3 (ELA 3) at Guiana Space Centre in Kourou, French Guiana, on 25 December 2021, at 12:20 UTC (09:20 local time, 07:20 EST, 13:20 CET).

Some statistics 

  • 256th launch of an Ariane rocket since 1979
  • 338th Arianespace mission
  • 112th launch of an Ariane 5 rocket since 1996
  • 85th satellite for ESA launched by Arianespace
  • 79th launch of an Ariane 5 ECA rocket since 2002
  • 87th flight of a Vulcain 2 engine
  • 111th flight of an HM7B engine
  • 2nd Ariane 5 launch targeting L2 Lagrange point
  • 7th launch from the Guiana Space Center in 2021
  • 3rd Ariane 5 launch in 2021

Sur la radio RFJ
Mon passage à La Matinale du 25 décembre 2021

Coordination scientifique zurichoise pour l’instrument MIRI

Test des instruments scientifiques. Les trois unités du proche infrarouge ont été refroidies à environ -233°C, tandis que l’instrument du moyen infrarouge a atteint une température encore plus basse de -266°C, pour un total de 116 jours. – Photo : NASA/Goddard/C. Gunn

[Courrendlin, December 25, 2021, rke, English below] Dans le cadre du consortium de l’instrument MIRI, l’EPFZ coordonne et chapeaute l’assemblage, les tests et l’intégration de l’appareil infrarouge MIRI. Et ce, grâce aux deux chercheurs suisses Simon Lilly et le Dr Adrian Glauser.

L’Institut de physique et d’astrophysique des particules (IPA) du département de physique de L’École polytechnique fédérale de Zurich (MIRI) fait partie du consortium MIRI (Mid-Infrared Instrument) du télescope spatial James Webb. MIRI est développé conjointement par les États-Unis et un consortium européen (CE) financé par des fonds nationaux, sous l’égide de l’Agence spatiale européenne. Le CE est responsable de l’optique, du banc optique, de l’assemblage, de l’intégration et des tests de l’instrument MIRI.  MIRI sera refroidi à 7 K et sera la partie la plus froide du JWST. Cette gamme de longueurs d’onde, associée à la sensibilité inédite du JWST, ouvrira une nouvelle ère de la recherche en astrophysique.

Transféré à l’EPFZ en 2008
Initialement, la contribution suisse était dirigée par le Dr Alexander Zehnder à l’Institut Paul Scherrer (PSI). En 2008, le projet a été transféré à l’EPFZ. Depuis 2007, le Dr Adrian Glauser est le chef de projet national suisse pour la participation au consortium de l’instrument MIRI pour le JWST et supervise les contributions des partenaires industriels suisses, RUAG Aerospace et SYDERAL. Il est soutenu dans son travail par le professeur Polychronis Patapis. Le professeur Manuel Guedel (Université de Vienne et professeur associé à l’EPFZ) est le co-chercheur principal suisse, le professeur Simon Lilly et le Dr Adrian Glauser sont les co-chercheurs suisses du consortium MIRI, respectivement.

MIRI est un instrument (imageur et spectromètre) de l’extrême puisqu’il collecte les rayonnements les plus longs (entre 5 et 29 microns) donc les moins chauds. Il est refroidi en dessous de la température déjà très froide de l’ensemble du télescope, jusqu’à -266°C par un liquide cryogénique, et il est équipé d’un coronographe (par « masque de phase ») qui permet d’éviter que l’image froide soit inondée par la lumière de la source lumineuse la plus proche (le plus souvent l’étoile de la planète visée). L’objet est cosmologique, recherche de la « première lumière » au sortir des « âges sombres », et astrophysiques, la formation des étoiles et la formation des systèmes planétaires.

Pourquoi le Webb observe-t-il dans l’infrarouge ?
En observant dans l’infrarouge, le Webb révélera tout un univers jusque là caché à nos yeux : des étoiles et des systèmes planétaires se formant dans des nuages de poussière et la première lumière des premières étoiles et galaxies jamais formées.

Pierre Brisson

Merveille technologique
Lire l’excellent article de Bierre Brisson président de la Mars Society Switzerland, membre du comité directeur de l’Association Planète Mars (France), économiste de formation (University of Virginia), ancien banquier d’entreprises de profession, planétologue depuis toujours.

Les autres contributions suisses

Contributeurs au JWST : 8 Suisses dans le coup !

Au nombre de 306 dans le monde dont 153 américains, 14 canadiens et 173 européens dont 8 suisses :

  • Syderal SA, Neuchâtel
  • Swiss Space Office, Berne
  • RUAG, Zurich
  • Physikalisches Institut, Berne
  • Paul Scherrer Institute, Villigen
  • Observatoire de Genève
  • ETH, Institute for Particle Physics and Astrophysics, Zurich
  • APCO Technologies SA, Aigle

La participation Suisse concerne surtout MIRI, l’instrument le plus délicat du JWST puisque c’est celui qui observera dans l’environnement le plus froid.

ZURICH. Contamination Control Cover. Ce couvercle, développé par RUAG Space, protégera MIRI contre la contamination externe pendant la phase de refroidissement des tests et après le lancement.
En outre, ce cryo-mécanisme fait office d’obturateur optique pour l’instrument afin de permettre l’étalonnage à bord et de protéger les détecteurs contre les objets brillants (photo ci-dessous)

NEUCHÂTEL. Cryo-câbles. Ces câbles, développés par l’entreprise neuchâteloise SYDERAL SA sont constitués de 250 fils électriques qui relient les mécanismes cryogéniques, les sources d’étalonnage et les capteurs de température du banc optique froid avec l’électronique chaude (Photo ci-dessous)

Zurich scientific coordination for the MIRI instrument

Adrian Glauser with a model of the James Webb Space Telescope, which will begin its journey into space in the next few days. (Image: ETH Zurich/D-​Phys/Heidi Hostettler)

As part of the MIRI consortium, ETH Zurich is coordinating and leading the assembly, testing and integration of the MIRI infrared instrument. This is thanks to two Swiss researchers Simon Lilly and Dr Adrian Glauser

The Institute for Particle Physics and Astrophysics (IPA) at the ETH Zürich Department of Physics is part of the James Webb Space telescope Mid-​Infrared Instrument (MIRI)call_made consortium. MIRI is jointly developed by the USA and a nationally funded European Consortium (EC) under the auspices of the European Space Agency. The EC is responsible for the optics, optical bench, and assembly, integration, and test of the MIRI instrument. 

The Mid Infrared Instrument (MIRI) is one of the four science instruments on JWST and the only one which covers the poorly explored wavelength ranges from 5 μm to 28 μm. Therefore, MIRI will be cooled at 7 K and is the coldest part in the JWST. This wavelength range combined with the border breaking sensitivity of JWST will initiate a new age of astrophysical research.

Initially, the Swiss contribution was led by Dr. Alexander Zehnder at the Paul Scherrer Institute (PSI). In 2008, the project was transferred to ETH Zurich. Since 2007, Dr. Adrian Glauser serves at Swiss National Project Lead for participation in the MIRI Instrument Consortium for the JWST and oversees the contributions of the Swiss industry partners, RUAG Aerospacecall_made and SYDERAL SAcall_made. He is supported in his work by Polychronis Patapis. Prof. Manuel Guedel (University of Vienna and Associate Professor at ETH Zurich) serves as the Swiss co-​Principle Investigator, Prof. Simon Lilly and Dr. Adrian Glauser as Swiss co-​Investigators for the MIRI Consortium, respectively.

Swiss industry contribution

Contamination Control Cover on its mechanical support bracket manufactured by RUAG Aerospace (Image: MIRI)
  • Contamination Control Cover. The cover, developed by RUAG Aerospacecall_made, will protect MIRI against external contamination during the cooldown phase of the tests and after the launch. Additionally, this cryo-​mechanism acts as an optical shutter for the instrument to allow on-board calibration and to protect the detectors against bright objects.

  • NEUCHÂTEL. Cryo-​Cables. These cables, developed by SYDERAL SAcall_made consist of 250 electrical wires which connect the cryogenic mechanisms, calibration sources and temperature sensors of the cold optical bench with the warm electronics.
Cryotest facility at PSI equipped with the SYDERAL cables ready for cryogenic performance testing (Image: MIRI)