Nicole passe et je m’en lasse…

[Cape Canaveral, November 9, 2022, rke, English below] – Confiné dans une chambre d’hôtel le regard hagard sur les palmiers qui se plient, un peu, j’attends que Nicole passe… et s’en va !

Décidément, cette Nicole en veut à Artemis. Après l’ouragan Yann, passé non loin du centre spatial, mais un peu plus costaud qu’elle (la tempête actuelle), nous avons reçu des alertes Danger sur nos téléphones mobiles et ordinateurs. Ce centre d’appel nous a conseillé de faire des provisions pour 3 jours, comme vous pouvez le voir sur l’image incluse dans cette News. En ce moment, on est presque au faîte de l’ouragan. De fortes pluies et vent, mais rien ne vient encore perturber les activités. Sur l’Interstate 95, ça roule au ralenti, mais il y a quand même beaucoup de circulation. Je me suis installé dans Melbourne (mais pas en Australie), « petite » ville de 85’000 âmes, en dessous de Cap Canaveral.

L’ouragan Nicole, vu depuis mon hôtel de Melbourne, sud de Cap Canaveral, à 15 km des côtes. 9 novembre 2022, 23h55.

En tant que sage Suisse, je respecte les consignes et me confine dans l’hôtel, de quoi bosser un maximum, tout en regardant les palmiers se plier à travers la fenêtre du 4e étage de l’Extended Stay America. Bon, j’irais bien faire un tour du côté de la plage, j’y suis à 10 km, mais bon, j’obéis aux consignes. Cette sacrée Nicole… 

Artémis… résiste !

La fusée SLS Artemis 1 est conçue pour résister à des vents de 137 km/h (85 mph) au niveau de 18 mètres (60 pieds) avec une marge structurelle. Selon les prévisions actuelles, les plus grands risques sur le pas de tir sont les vents violents. La fusée est conçue pour résister à de fortes pluies et les écoutilles des engins spatiaux ont été sécurisées pour éviter toute intrusion d’eau. La tempête, transformée en ouragan de niveau 1, n’a pas encore atteint son paroxysme. Elle devrait bifurquer sur Orlando et éviter (un peu) le centre spatial.

Comme je l’avais dit quelques fois à mes collègues avant de partir, le lancement serait reporté à mercredi 16 novembre, au lieu du 14, ça l’est, reporté.

Tentative le 16 novembre. Sans Nicole ?

Un décollage pendant une fenêtre de deux heures s’ouvre à 1h04 (locale), 7h04 (suisse) le 16 novembre entraînerait un amerrissage le dimanche 11 décembre. En cas de besoin, la NASA dispose d’une possibilité de lancement de secours le samedi 19 novembre et coordonnera avec l’U.S. Space Force les autres possibilités de décollages. Donc, je me tiens les pouces, sachant qu’aucune fusée de mes 40 lancements n’est jamais partie sans que je sois présent, même si j’ai dû retourner au bercail début septembre. Je suis revenu en Floride et Artemis partira, le 16… novembre. Avec moi et mes deux collègues journalistes Émilie Martin et Philippe Henarejos. On parie ?

Nicole, go away!

[Cape Canaveral, November 9, 2022, rke] – Locked in a hotel room with a haggard look on the palm trees that are bending, a little, I’m waiting for Nicole to pass… and go away!

Locked in a hotel room with a haggard look on the palm trees that are bending, a little, I wait for Nicole to pass… and go away! Obviously, Nicole has a grudge against Artemis. After the hurricane Yann, passed not far from the space center, but a little bit stronger than her (the current storm), we received « Danger » alerts on our cell phones and computers. This call center advised us to stock up for 3 days, as you can see on the picture included in this news. Now, we are almost at the height of the hurricane. Heavy rains and wind, but nothing to disrupt activities yet. On Interstate 95, it’s slow going, but there is still a lot of traffic. I settled in Melbourne (but not in Australia), a « small » city of 85’000 souls, below Cape Canaveral.

As a wise Swiss, I respect the rules and confine myself in the hotel, so I can work a lot, while watching the palm trees folding through the 4th floor window of the Extended Stay America. Well, I would go for a walk on the beach, I’m 10 km away, but I obey the instructions. That damn Nicole… 

Artemis… resist!

The SLS rocket is designed to withstand 85 mph (74.4 knots) winds at the 60-foot level with structural margins. Current forecasts predict the greatest risks at the pad are high winds that are not expected to exceed the SLS design. The rocket is designed to withstand heavy rains at the launch pad and the spacecraft hatches have been secured to prevent water intrusion.

The storm, transformed into a level 1 hurricane, has not yet reached its peak. It should turn a little over Orlando and avoid (a little) the space center. As I had told my colleagues a few times before leaving that the launch would be postponed to Wednesday, November 16, instead of November 14, it is postponed.

Attempt on November 16. Without Nicole?

A launch during a two-hour window that opens at 1:04 a.m. EST on Nov. 16 would result in a splashdown on Sunday, Dec. 11. If needed, NASA has a back-up launch opportunity on Saturday, Nov. 19, and will coordinate with the U.S. Space Force for additional launch opportunities.

So, I’m holding my thumbs, knowing that no rocket of my 40 launches has ever taken off without me being present, even though I had to return home in early September. I’m back in Florida and Artemis will launch on November 16. With me and my two journalist colleagues Émilie Martin and Philippe Henarejos. Want to bet?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.