Les incontournables exigences de l’espace 

[Cape Canaveral, September 3, 2022, rke, English below] – Rare, mais pas étonnant. Le joint du tuyau du « jus » de la « pompe à essence » d’Artemis fuite. Le réservoir « coule » quelques micro-gouttes. Ça fume ! Mieux vaut retarder, pas vrai ? 

La fumée blanche qui sort sur le cône provient du réservoir d’oxygène. C’est normal. L’autre fumée blanche du réservoir d’hydrogène, en bas, n’est pas visible sur ma photo. >>Ben, oui. je ne peux pas être de l’autre côté de la fusée ! – The white smoke coming out of the cone is from the oxygen tank. This is normal. The other white smoke from the hydrogen tank at the bottom is not visible in my photo. >>Ben, yes. I can’t be on the other side of the rocket!

Le problème de fuite dans le réservoir d’hydrogène a préoccupé les responsables de la NASA, tout comme nous même, d’ailleurs. À chaque explication du porte-parole, Derrol Nail, la salle de presse restait très attentive. Ça grouillait de monde de toute part, mais j’ai réussi à me frayer une place. Chut… soufflait-on dans les rangs et c’était le silence complet. 

Disons que les ingénieurs n’ont pas essayé de colmater la fuite comme on le ferait sur un pneu en mettant un scotch, mais en jouant sur la pression de connexion de l’hydrogène. Parfois ça marche, parfois non. En fait, ce sont les risques d’un lancement avec une fusée nouvelle.

« Les fuites sont très infimes, mais l’hydrogène, très volatil, s’y engouffre facilement »

À mes côtés, au centre de presse, les explications de mon collègue rédacteur en chef de « Ciel & Espace », Philippe Henarejos, sur ce qu’il s’est passé : « La fuite d’hydrogène s’est déclarée au niveau d’un joint de déconnexion rapide, qui sert d’interface entre le tuyau d’alimentation et la fusée. La NASA a d’abord essayé de réchauffer puis de repressuriser avec de l’hélium pour que cela resserre le joint. Mais cela n’a pas marché. Il était à ce stade impossible d’intervenir directement sur le lanceur pour y effectuer une réparation mécanique. N’ayant pas d’autre solution pour mettre un terme au problème, Charlie Blackwell-Thompson a dû finalement décider l’annulation du lancement.

L’hydrogène liquide, refroidi à -253°C, est très difficile d’utilisation. Les fuites sont en réalité très infimes, mais l’hydrogène, très volatil, s’y engouffre facilement. Ce genre de problème a été fréquent sur les navettes spatiales qui utilisaient exactement la même technologie. Et cela a été la cause de nombreux reports de lancement. »

Comme Endeavour & Discovery 

En témoigne le décollage de la navette Endeavour, en juin 2009. Les ingénieurs avaient alors remplacé un mécanisme de débranchement rapide du tuyau d’hydrogène et deux joints d’étanchéité, un du côté du réservoir et l’autre du tuyau d’alimentation côté sol. Cette réparation avait été couronnée de succès. Mais les ingénieurs n’ont jamais pu déterminer la cause du problème. Rebelote en 2018, à nouveau avec Endeavour. 

En direct sur : www.cieletespace.fr
Merci à mes collègues de Ciel et Espace de m’avoir accordé un petit passage en ligne sur Youtube (en fin de vidéo).

Puis en novembre 2010, avec une fuite apparue lors du remplissage des réservoirs sous la navette Discovery. Par la suite, les techniciens avaient même déjà détecté une craquelure de 51 cm dans la mousse isolante lors de la vidange de l’hydrogène et de l’oxygène liquide. 

Décollage le 19 septembre ?

Toujours est-il que, à l’heure où j’écris ces lignes, la NASA n’a pas décidé de date de nouvelle tentative de lancement. Les lundi 5 ou mardi 6 septembre sont écartés, ne restent que les dates potentielles ci-dessous qui commencent le 19 septembre.

  • 19 septembre – 4 octobre : 14 possibilités de lancement. Pas de possibilité de lancement le 29 septembre
  • 17 octobre – 31 octobre : 1 possibilité de lancement. Pas de possibilité de lancement les 24, 25, 26 et 28 octobre 
  • 12 novembre – 27 novembre : 12 possibilités de lancement. Pas de possibilité de lancement les 20, 21 et 26 novembre 
  • 9 décembre – 23 décembre : 11 possibilités de lancement. Pas de possibilité de lancement les 10, 14, 18 et 23 décembre

Un soutien ? Une action ! Une adresse ->

The unavoidable requirements of space

[Cape Canaveral, September 3, 2022, rke] – Rare, but not surprising. Artemis « fuel pump » « juice » pipe seal leaks. The tank « leaks » a few micro-drops. It smokes! Better to delay, right? 

The hydrogen tank leak problem has been on the minds of NASA officials, just as it has been on ours. With each explanation spokesman Derrol Nail, the press room stayed very attentive. It was crowded on all sides, but I managed to squeeze my way into the press center. Hush… » was the murmur in the ranks and it was complete silence. 

Let’s just say that the engineers didn’t try to seal the leak like you would on a tire by putting a tape, but by playing with the hydrogen connection pressure. Sometimes it works, sometimes not. In fact, these are the risks of a launch with a new rocket.

« The leaks are very small, but the hydrogen, which is very volatile, is easily absorbed.« 

In the Press Room at KSC (VAB). Stress… no stress, stress again.

At my side, in the press center, the explanations of my colleague editor of « Ciel & Espace, » Philippe Henarejos, on what happened: « The hydrogen leak occurred at a quick disconnect joint, which serves as an interface between the feed pipe and the rocket. NASA first tried reheating and then repressurizing with helium so that it would tighten the joint. But that didn’t work. It was impossible at this stage to intervene directly on the launcher to make a mechanical repair. Having no other solution to stop the problem, Charlie Blackwell-Thompson finally had to decide to cancel the launch.

Liquid hydrogen, cooled to -253°C, is very difficult to use. The leaks are actually very small, but the hydrogen, very volatile, is easily absorbed. This kind of problem was frequent on the space shuttles which used the same technology. And it has been the cause of many launch postponements. »

Like Endeavour & Discovery 

This is evidenced by the June 2009 liftoff of the Space Shuttle Endeavour. Engineers replaced a quick-disconnect mechanism in the hydrogen fuel line and two seals, one on the tank side and one on the ground-side fuel line. This repair was successful. But engineers could never determine the cause of the problem. It happened again in 2018, again with Endeavour. 

Then in November 2010, with a leak that appeared during the filling of the tanks under the shuttle Discovery. Afterwards, the technicians had even detected a 51 cm crack in the insulating foam during the draining of the hydrogen and liquid oxygen. 

Liftoff on September 19?

Still, as I write this, NASA has not decided on a date for a new launch attempt. Monday, September 5 or Tuesday, September 6 has been ruled out, leaving only the following potential dates starting on September 19.

  • September 19 – October 4: 14 launch opportunities. No launch opportunity on September 29
  • October 17 – October 31: 1 launch opportunity. No launch opportunities on October 24, 25, 26 and 28 
  • November 12 – November 27: 12 release opportunities. No launch opportunities on November 20, 21 and 26 
  • December 9 – December 23: 11 release opportunities. No launch opportunities on December 10, 14, 18 and 23

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.