Iriez-vous sur Mars avec Elon Musk ?

[Courrendlin, Switzerland, September 20, 2020, rke. English below] – La question n’est pas aussi farfelue qu’elle n’y paraît: Iriez-vous sur Mars avec Elon Musk ? SpaceX, fondé en 2002, veut révolutionner l’accès à l’espace et permettre une société multiplanétaire. Au Texas, après avoir réussi à déplacer un immeuble de 20 étages d’un endroit à l’autre (en l’occurrence un morceau de fusée), l’entreprise privés prépare un gros, gros, gros engin spatial de 2 étages – Starship – pour emmener 100 personnes sur la Lune et Mars. C’est fou ? Pas tant que ça !
Photo du haut : SpaceX

J’irais sur la planète rouge, mais pas avec lui ! Musk est contre l’intelligence artificielle mais il veut implanter des puces dans notre cerveau. En plus, il n’aime pas les journalistes étrangers, comme moi : cliquez ici

À Boca Chica (Texas), assemblage du MK1, un des deux prototypes du futur lanceur Starship de SpaceX. Sur la partie inférieure , on peut voir les ailerons arrière qui contrôleront la stabilité en vol du prototype. In Boca Chica (Texas), assembly of the MK1, one of the two prototypes of SpaceX’s future Starship launcher. On the lower part, one can see the rear ailerons which will control the stability in flight of the prototype. Photo :  SpaceX

1 personne pèse en moyenne
100 kg (avec les bagages).
100 humains en fusée représentent 10’000 kg ou 10 tonnes, soit dix fois moins que ce que la fusée Starship peut embarquer.
Alors, on y va ?

Les enfants auditionnés sur RFJ nous font rêver

« C’est gratuit pour aller sur Mars, mais il faut payer la fusée. Euh, non, ça coûte. » « Pour aller sur Mars, il faut 24H, heu, non trois mois. Non quelques heures. » « Mars ? Elle est brune. Il y a des mini-volcans. » Ces extraits candides de sons recueillis auprès de jeunes élèves par Jean-Michel Probst de la radio suprarégionale RFJ (Nord de la Suisse), laissent songeurs. Effectivement, cela va coûter une fortune pour se rendre sur la planète rouge, mais tout est relatif. Malgré la pandémie et la crise économique que traversent les États-Unis, les plus grosses fortunes américaines ont continué de s’enrichir en 2020 : selon Forbes, leur richesse cumulée est de 3’200 milliards de dollars, soit une hausse de 8% par rapport à l’an dernier. Le prix du programme lunaire Apollo (1967-1972) aura coûté quelque 150 milliards de dollars (majoré à nos jours), soit seulement 5% de ces plus riches personnes. Pourtant toute cette conquête aura créé de l’emploi pour 400’000 personnes et 42’000 entreprises engagées durant 8 ans ! Pour décrocher la Lune d’ici à 2024 avec le programme Artemis, il faudra débourser 34 milliards de dollars. Soit 1% de l’argent des fortunés Américains ! Et pour repartir sur Mars ? Avec dix fois plus de budgets, on est encore loin… très loin de ces richards.

Pour décrocher la Lune d’ici à 2024 avec le programme Artemis, il faudra débourser 34 milliards de dollars. Soit 1% de l’argent des plus fortunés Américains !

Les Tesla à la rescousse

Elon Musk, qui s’est enrichi grâce à son logiciel de paiement en ligne sur Internet (PayPal), n’aurait évidemment pas assez de sa fortune personnelle pour financer une expédition martienne. Raison sur laquelle il peut s’appuyer sur le succès de ses voitures Tesla qui lui rapportent des deniers. De plus, pour pouvoir rentabiliser ses fusées, il a misé sur un système de récupération des étages des fusées Falcon lors des lancements, dont ceux de lanceurs Heavy avec deux propulseurs qui retournent sur Terre. Au début, la communauté spatiale ne croyait pas trop à cette idée de faire revenir des fusées à la « Tintin » – la bande dessinée d’Hergé – car on connaît le domaine astronautique comme pas rentable. Mais, à force d’abnégation, le fantasque milliardaire a réussi pas à pas à convaincre les clients d’emmener leurs satellites à bord de ses fusées Falcon 9 pour de multiples satellites, Falcon Heavy pour les plus lourds et maintenant Starship.

Trois tests réussis, 2 loupés

La base de Boca Chica au sud du Texas, là où pourront décoller les Starship. Une autre base de lacement est prévue au Kennedy Space Center, PAD-39A, en Floride- The Boca Chica base in South Texas, where the Starship will take off. Another launch base is planned at the Kennedy Space Center, PAD-39A, in Florida.
Photo : Google.

Après avoir réalisé des vols d’essai à une altitude très basse avec des prototypes. Jusqu’à présent, les plafonds atteints par SpaceX avec Starship n’ont jamais excédé les 150 mètres d’altitude — trois vols ont pu être bouclés à cette hauteur : le premier en 2019, puis deux autres en août et septembre 2020, avec les numéros d’essais SN5 et SN6. Le prochain prototype SN8 devrait s’élever à 20 km d’altitude avec l’ajout, pour la première fois, d’un « nez », c’est-à-dire un cône positionné sur le dessus de l’appareil afin de lui donner un profil aérodynamique, et des ailerons sur le côté, pour donner de la stabilité à la trajectoire du Starship lorsqu’il est en vol. Suite à l’allumage sur le pas de tir de Boca Chica, l’engin devrait revenir sur Terre. Une prouesse tout à fait envisageable au vu des précédents succès des étages plus petits.

Starship offre des cabines privées, de grands espaces communs, un stockage centralisé, des abris contre les tempêtes solaires et une galerie d’observation

Prochain essai à 20 km d’altitude

On ne sait pas à quelle date le SN8 sera mis à l’épreuve. Ce seuil des 20 km est évoqué depuis des mois (il en était question dès juillet 2020 par exemple, lors d’un premier bond de Starship à 20 m d’altitude), mais n’a pas pu être exécuté jusqu’à présent — aussi parce que la crise du coronavirus qui s’est déclenchée en début d’année s’est propagée partout et n’est toujours pas résolue.

N’empêche. SpaceX veut révolutionner l’accès à l’espace et permettre une société multiplanétaire. La firme de Musk entreprend déjà des missions de routine dans l’espace avec ses lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy pour un ensemble de clients divers, dont la NASA, le ministère de la Défense, des gouvernements internationaux et des sociétés commerciales de premier plan. SpaceX apporte un soutien supplémentaire à la NASA avec le vaisseau spatial Dragon en effectuant des missions de réapprovisionnement en fret et de retour vers et depuis la Station spatiale internationale (ISS).

La plus grosse fusée de tous les temps

Au centre, Starship, plus grande que la fusée Saturn V (gauche) et presque deux fois plus haute que Falcon 9 ! Center : Starship, larger than the Saturn V rocket (left) and almost twice as high as Falcon 9! – Photo : twitter.com/kimitalvitie

Le carénage de la charge utile standard du vaisseau est de 9 m de diamètre extérieur, ce qui en fait le plus grand volume de charge utile utilisable de tous les lanceurs actuels ou en développement. La fusée aura 120 m de haut. Le vaisseau a été conçu dès le départ pour pouvoir transporter plus de 100 tonnes de marchandises vers Mars et la Lune. La version cargo peut également être utilisée pour le transport rapide de point à point vers la Terre. Différentes configurations de la soute sont disponibles et permettent un déploiement entièrement autonome de la cargaison vers la Terre, la Lune ou les surfaces martiennes.

S’inspirant de l’expérience acquise lors du développement de Dragon pour le programme d’équipage commercial, la configuration de l’équipage du vaisseau spatial pourrait transporter jusqu’à 100 personnes de la Terre vers la Lune et Mars. La configuration de l’équipage du Starship comprend des cabines privées, de grands espaces communs, un stockage centralisé, des abris contre les tempêtes solaires et une galerie d’observation. Ça promet !

Peu avant 13 heures jeudi 3 septembre, SpaceX a réussi à faire décoller son prototype de vaisseau spatial SN6 à 150 mètres à Boca Chica, 30 jours après un lancement de 500 pieds et un atterrissage le 4 août par le SN5. L’unique moteur Raptor du SN6 a été allumé à 12h48, 10 minutes après le déclenchement d’une sirène avertissant les habitants du village de Boca Chica qu’un lancement était imminent, et a volé pendant environ 50 secondes avant d’atterrir sur une plateforme adjacente au stand de lancement.

WOULD YOU GO TO MARS WITH ELON MUSK?

[Courrendlin, Switzerland, September 20, 2020, rke] – The question is not as crazy as it appears: Would you go to Mars with Elon Musk? SpaceX, founded in 2002, wants to revolutionize access to space and enable a multiplanetary society. In Texas, after successfully moving a 20-story building from one place to another (in this case a piece of a rocket), the private company is preparing a big, big, big 2-story spacecraft – Starship – to take 100 people to the Moon and Mars. Is that crazy? Oh, no!

I would go to the red planet, but not with him! Musk is against artificial intelligence but he wants to implant chips in our brains. Besides, he doesn’t like foreign journalists, like me : click here

1 person weighs on average 220 lbs (with luggage). 100 humans in a rocket give 22’000 lbs (or 10 tons): ten times less than what the Starship rocket can embark.
So, let’s go?

The children auditioned on RFJ make us dream -> in french

 » Reaching Mars is free, but you must pay for the rocket. Uh, no, it costs. « To go to Mars takes 24 hours, uh, no, three months. Not a few hours.  » « Mars? It’s brown. There are mini volcanoes. « These candid excerpts of audio sounds collected from young students by Jean-Michel Probst of the supra-regional radio station RFJ (Northern Switzerland), leave one wondering. Indeed, it will cost a fortune to get to the Red Planet, but it’s all relative. Despite the pandemic and the economic crisis that the United States is going through, the biggest American fortunes have continued to grow richer in 2020: according to Forbes, their cumulative wealth is 3’200 billion dollars, an increase of 8% compared to last year. The price of the Apollo lunar program (1967-1972) will have cost some 150 billion dollars (increased to the present day), or only 5% of these richest people. Yet all this conquest will have created employment for 400’000 people and 42’000 companies hired for 8 years! To land the Moon by 2024 with the Artemis program, it will cost 34 billion dollars. That is 1% of the money of the wealthy Americans! And to go back to Mars? With ten times the budget, we are still far… very far from these rich people. 

Tesla at the helm

Elon Musk, who got rich thanks to his online payment software on the Internet (PayPal), would obviously not have enough of his personal fortune to finance a Martian expedition. That’s why he can rely on the success of his Tesla cars, which bring him money. In addition, to be able to make his rockets profitable, he bet on a system of recovery of the stages of Falcon rockets during launches, including those of Heavy launchers with two propellants that return to Earth.

At the beginning, the space community did not believe too much in the idea of returning rockets to the « Tintin » – Hergé’s comic strip – because the astronautics field is known to be unprofitable. But, by dint of self-sacrifice, the whimsical billionaire, succeeded step by step in convincing customers to take their satellites aboard his Falcon 9 rockets for multiple satellites, Falcon Heavy for the heavier ones and now Starship.

Three successful tests, 2 failures

Shortly before 1 p.m. Thursday, SpaceX test successfully hopped its SN6 Starship prototype to 500 feet at Boca Chica, 30 days after a 500-foot hop and landing on Aug. 4 by the SN5.
The SN6’s single Raptor engine was ignited at 12:48 p.m., 10 minutes after a siren was sounded warning nearby Boca Chica Village residents that a launch was imminent, and flew for about 50 seconds before landing on a pad adjacent to the launch stand.

After conducting test flights at very low altitudes with prototypes. To date, the ceilings reached by SpaceX with Starship have never exceeded 492 feet high – three flights have been completed at this height: the first in 2019, then two more in August and September 2020, with test numbers SN5 and SN6. The next SN8 prototype is expected to reach an altitude of 12 miles, with the addition, for the first time, of a « nose, » a cone positioned on top of the aircraft to give it an aerodynamic profile, and ailerons on the side to give stability to the Starship’s trajectory when in flight. Following the ignition on the launch pad of Boca Chica, the aircraft should return to Earth. A feat quite conceivable in view of the previous successes of the smaller stages. It is not known when the SN8 will be tested. This 12 miles threshold has been talked about for months (it was mentioned as early as July 2020, for example, during a first Starship leap at 65 feet high), but has not been executed until now – also because the coronavirus crisis that started at the beginning of the year has spread everywhere and is still not solved.

To land the Moon by 2024 with the Artemis program, it will cost 34 billion dollars. That is 1% of the money of the wealthy Americans!

Revolutionize access to space

SpaceX was founded in 2002 to revolutionize access to space and enable a multi-planetary society. Today, SpaceX performs routine missions to space with its Falcon 9 and Falcon Heavy launch vehicles for a diverse set of customers, including the National Aeronautics and Space Administration (NASA), the Department of Defense, international governments, and leading commercial companies. SpaceX provides further support to NASA with the Dragon spacecraft by conducting cargo resupply and return missions to and from the International Space Station (ISS). The standard payload fairing on the spacecraft is 29 feet in outside diameter, making it the largest usable payload volume of any launcher currently in service or under development. The rocket will be 120 m high. The spacecraft has been designed from the outset to be able to carry more than 100 tons of cargo to Mars and the Moon.

The biggest rocket of ever time

The cargo version can also be used for rapid point-to-point transport to Earth. Different cargo bay configurations are available and allow a fully autonomous deployment of the cargo to Earth, the Moon or Martian surfaces. Starship was designed from the onset to be able to carry more than 100 tons of cargo to Mars and the Moon. The cargo version can also be used for rapid point-to-point Earth transport. Various payload bay configurations are available and allow for fully autonomous deployment of cargo to Earth, Lunar, or Martian surfaces. SpaceX was founded with the goal of making life multi-planetary. The Starship program is realizing this goal with the crew configuration of Starship. Drawing on experience from the development of Dragon for the Commercial Crew Program, the Starship crew configuration can transport up to 100 people from Earth into LEO (Low Earth Orbit) and on to the Moon and Mars. The crew configuration of Starship includes private cabins, large common areas, centralized storage, solar storm shelters and a viewing gallery. It seems to be promising!

Starship includes private cabins, large common areas, centralized storage, solar storm shelters and a viewing gallery.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.