Ce samedi 30 mai (21h35), Dragon devrait quand même passer sur la Suisse… au crépuscule des dieux

[Courrendlin, Switzerland, May 29, 2020, rke]
Vous avez été nombreux à intervenir sur ma dernière news dont le titre est : « Dragon ne passera plus au-dessus de la Suisse, mais sur les Pyrénées. » En fait, j’aurais dû dire : « Dragon ne sera pas visible au-dessus de la Suisse de nuit, mais le sera sur les Pyrénées. » C’est vrai, je n’étais pas sur la bonne orbite…
Photo ci-dessus : Spot the Station on Friday May 29, 2020.

Claude Nicollier, notre astronaute national 4 étoiles – je veux rappeler par là qu’il a réalisé 4 missions dans l’espace, dont une (un peu comme opticien) pour réparer la myopie du télescope Hubble (décembre 1999) – a laissé un commentaire très précis sur ma précédente News. 

Claude Nicollier :
« En fait, samedi soir, l’ISS et le Crew Dragon (s’il est lancé) passeront au-dessus du nord de la Suisse, exactement comme l’ISS l’a fait le soir du 27 mai (sans Crew Dragon), mais, comme le lancement du Crew Dragon aura lieu environ 1h11min plus tôt (21h22 le 30 mai contre 22h33 le 27 mai), l’ISS se lèvera vers 21h35 en direction du nord-ouest de la Suisse, seulement 17 minutes environ après le coucher du soleil à l’horizon astronomique, suivi de Crew Dragon sur la même trajectoire vers 21h45 (si elle est lancée). Le ciel sera tout simplement trop lumineux pour voir l’ISS ou le Crew Dragon. Le passage au-dessus des Pyrénées mentionnées dans l’article sera une orbite complète plus tard ! »

Souvenirs, souvenirs. En 1992, confiné sur orbite, avec le masque !

Pionnier – August 7, 1992. STS-46 European Space Agency (ESA) Mission Specialist (MS) Claude Nicollier, wearing goggles, face mask, and rubber gloves, reviews inflight maintenance (IFM) checklist procedures before starting waste collection system (WCS) fan separator repair. One of two fan separators used to transfer waste water from the waste management compartment (WMC) to the waste water tank has failed. The suspected accumulation of water in the separator was believed to have occurred during a test dumping of waste water at a lower than normal pressure to evaluate the performance of new nozzles. The WMC is located on the middeck of Atlantis, Orbiter Vehicle (OV) 104. – Photo : NASA

Précurseur ! En 1992, lors de son premier vols dans l’espace, le spécialiste de mission (MS) de l’Agence spatiale européenne (ESA) Claude Nicollier, portant des lunettes de protection, un masque facial et des gants en caoutchouc, passe en revue les procédures de la liste de contrôle de l’entretien en vol (IFM) avant de commencer la réparation du séparateur du ventilateur du système de collecte des déchets (WCS). L’un des deux séparateurs de ventilateur utilisés pour transférer les eaux usées du compartiment de gestion des déchets (WMC) vers le réservoir d’eaux usées est tombé en panne. L’accumulation suspecte d’eau dans le séparateur aurait eu lieu lors d’un essai de déversement d’eaux usées à une pression inférieure à la normale pour évaluer les performances de nouvelles buses. Le WMC est situé sur le pont intermédiaire de la navette spatiale Atlantis (OV) 104. – Photo : NASA

La station en vue
Comme la station spatiale (dont le premier « bout » a été mis sur obite en 1998) gravite autour de la Terre à 420 km à son apogée en 1,5 heure, cet ensemble issu de différents pays (NASA, Roscosmos, ESA, Jaxa et ASC) survole la Terre 16 fois par jour. Pour vous aider à y voir plus clair, voici un lien du site où il est possible de suivre la trajectoire de la station et… plus tard, de sa capsule Dragon qui y sera accroché.

  • Le site pour suivre l’ISS et Drag (lorsque la capsule y sera accrochée) : cliquez ici – click here
  • Website to follow the ISS and Dragon (when the capsule will be attached to it)

Saturday, Dragon should still pass over Switzerland… at the twilight of the gods

The ISS. – Photo : NASA

[Courrendlin, Switzerland, May 29, 2020, rke]
Many of you have spoken on my last news item, the title of which is: « Dragon will no longer fly over Switzerland, but over the Pyrenees. « In fact, I should have said: « Dragon won’t be visible over Switzerland at night, but will be visible over the Pyrenees.  » That’s right. I was actually in the wrong orbit.

Space Station Facts – the various modules : 240 individuals from 19 countries have visited the International Space Station. In 24 hours, the space station makes 16 orbits of Earth, traveling through 16 sunrises and sunsets

Claude Nicollier, our 4-star national astronaut – I want to remind you that he has carried out 4 missions in space, including one (a bit like an optician) to repair the myopia of the Hubble telescope (December 1999) – left a very precise comment on my previous news.
Claude Nicollier:
« In fact, on Saturday evening, ISS and the Crew Dragon (if launched) will come over northern Switzerland, exactly like ISS did the evening of May 27 (without Crew Dragon following it), but, as the Crew Dragon launch will be about 1h11min earlier (21h22 on May 30 vs. 22h33 May 27), ISS will rise at about 21h35 in the north-west direction from Switzerland, only about 17 minutes after sunset at the astronomical horizon, followed by Crew Dragon on the same track at around 21h45 (if launched). The sky will be simply too bright to see either ISS or the Crew Dragon. The pass over the Pyrenees mentioned in the article will be one full orbit later! »

The station in sight
Since the space station (the first « tip » of which was put on obite in 1998) orbits the Earth at 420 km at its apogee in 1.5 hours, this ensemble from different countries (NASA, Roscosmos, ESA, Jaxa and CSA) flies over the Earth 16 times a day. To help you see more clearly, here is a link to the site where it is possible to follow the trajectory of the station and… later, of its Dragon capsule that will be attached to it.

Dragon ne passera plus au-dessus de la Suisse, mais sur les Pyrénées !

[Courrendlin, Switz., May 28, 2020, rke. English below] – Le lancement de Crew Dragon NASA/SpaceX Falcon 9 Demo-2 qui a été reporté jeudi 27 en raison de la météo est remis à l’ordre du jour ce samedi 30 mai à 15h22 (locale), 21h22 (suisse) de Cap Canaveral. Mais les révisionnistes du 45e Weather Squadron ont publié des prévisions un peu plus pessimistes pour ce décollage et celui de dimanche, avec seulement 40% de chances de décollage. C’est déjà ça ! Photo du haut : NASA

Trajectoire de Crew Dragon Demo-2 le 27 mai 2020. – Photo NASA

Ah, zut ! On a loupé le passage de Dragon habité Demo-2 sur le nord de la Suisse, particulièrement au-dessus de la ville de Bâle. Comme le montre le graphique ci-contre, on aurait droit samedi soir vers 23h50 à un beau spectacle de l’avancée de la fusée dans le ciel très limpide ce soir-là. Cette carte illustre la trajectoire au sol de la fusée Crew Dragon et Falcon 9 qui se dirige vers le nord-est du Centre spatial Kennedy en Floride. La zone rouge – appelée zone d’exclusion pour l’interruption de vol – dans l’océan Atlantique Nord est une région où les équipes de contrôle veulent éviter un arrêt de vol en raison de la température de l’eau froide et de la mer agitée.

Hélas pour nous Suisses, question de trajectoire, l’équipage ne passera donc plus au nord de la Suisse, comme vous le voyez sur l’autre graphique au-dessus des Pyrénées, mais entre la France et l’Espagne. Les observateurs situés plus au sud de l’hexagone auront vraisemblablement de meilleures conditions d’observations. À Bordeaux, par exemple, il devrait être possible de voir la capsule culminer plus haut dans le ciel, par rapport à Paris : cliquez ici

Trajectoire de Falcon 9 Dragon Demo-2 le 30 mai. Photo : Heavens-Above

Pour SpaceX, le vol prévu ce samedi s’annonce décisif. Après dix années de préparation aux vols habités, la réussite de cette mission est importante à plusieurs égards. Musk a l’occasion de démontrer sa capacité à transporter des équipages dans l’espace. Si le vol est un succès, il permettra aux États-Unis de retrouver un accès autonome à la Station spatiale internationale (ISS), car, depuis le 8 juillet 2011, le pays s’en remet à la Russie et son vaisseau Soyouz. Ce sera le cas encore un moment, puisqu’il faudra attendre le vol habité de Starliner CST-100 avec que la NASA décide de se passer des Russes. Et ce n’est pas pour de si tôt, car Boeing devra encore réaliser un vol d’essai suite au semi-échec du récent vol : cliquez ici

Dragon will no longer pass over Switzerland, but over the Pyrenees!

The Falcon 9 rocket and Crew Dragon (top) on historic Launch Pad 39A. – Photo : NASA/SpaceX

[Courrendlin, Switzerland, May 27, 2020, rke] – The launch of the Crew Dragon NASA/SpaceX Falcon 9 Demo-2 that was postponed on Thursday 27 due to weather is back on the agenda this Saturday, May 30 at 15:22 (local), 21:22 (Swiss) from Cape Canaveral. But the revisionists of the 45th Weather Squadron have issued a slightly more pessimistic forecast for this take-off and Sunday’s, with only a 40% chance of take-off. That’s something to look forward to!

Ah, damn it! We missed the Dragon inhabited Demo-2 over northern Switzerland, especially over the city of Basel. As shown in the graph opposite, we would have been treated to a beautiful spectacle of the rocket’s advance in the very clear sky that evening around 11:50 p.m. on Saturday evening.
This map illustrates the ground track for the Crew Dragon and Falcon 9 rocket heading northeast from the Kennedy Space Center in Florida. The red zone — called the Downrange Abort Exclusion Zone — in the North Atlantic Ocean is a region where the control teams want to avoid an abort due to cold water temperatures and rough seas.

Unfortunately for us Swiss, it is a question of trajectories, so the crew will no longer be passing north of Switzerland, as you can see on the other graph over the Pyrenees, but between France and Spain. The observers located further south of the hexagon will probably have better observation conditions. In Bordeaux, for example, it should be possible to see the capsule culminating higher in the sky, compared to Paris : click here

For SpaceX, this Saturday’s flight promises to be decisive. After ten years of preparation for manned flights, the success of this mission is important in several respects. Musk has the opportunity to demonstrate its ability to transport crews into space. If the flight is a success, it will allow the United States to regain autonomous access to the International Space Station (ISS), as, as of July 8, 2011, the United States is relying on Russia and its Soyuz spacecraft. This will be the case for a while yet, since it will be necessary to wait for the manned flight of Starliner CST-100 before NASA decides to dispense with the Russians. And it’s not for so soon, because Boeing will still have to make a test flight following the semi-failure of the recent flight: click here.