La sonde Solar Orbiter fonce à 245 000 km/h vers le Soleil

[Cape Canaveral, February 13, 2020, rke. English below] – En route vers l’astre du jour depuis le 10 février 2020, la sonde spatiale européenne – et un peu américaine – Solar Orbiter fonce donc vers le Soleil. Quatre instituts et quatorze entreprises helvétiques sont impliqués dans la réalisation de trois instruments. Un télescope mis au point par la FHNW et deux capteurs d’images de l’Observatoire astronomique PMOD/WRC de Davos.

Epilogue. Le pas de tir SLC 41 deux heures après le départ. Tout est propre. On prend notre attirail et on part. – Photo : rke

Ça y est, elle est partie, par une nuit douce, sous un ciel limpide et un clair de Lune éclatant. La fusée Atlas V 421 (version courte) à un moteur (RD-180) flanqué de deux boosters, s’est élevée lentement et majestueusement de son pas de tir SLC 41, de Cap Canaveral. Un décollage soft et une trajectoire idéale direction sud-est, embarquant un satellite composé de dix instruments. Il faut dire que ce lancement n’a pas suscité un grand intérêt ici à Cap Canaveral, preuve en sont les titres dans les journaux du coin qui ont fait une petite « une » de l’événement.

Le Bernois Thomas Zurbuchen médaillé de leadership de la NASA

Thomas Zurbuchen que j’ai photographié en plein lors d’une lors d’une intervention télévisée
le 9 février 2020. – Photo : rke

En tant que petit Suisse au pays du grand Oncle Sam, je peux dire que j’ai de la chance. D’abord, parce que Thomas Zurbuchen est un Helvète. Depuis quatre ans, il exerce la fonction d’administrateur associé à la « Direction des missions scientifiques » au siège de la NASA à Washington. Au cours de sa carrière, le Bernois a écrit ou co-écrit plus de 200 articles dans des revues sur les phénomènes solaires et héliosphériques. Il a obtenu son doctorat et sa maîtrise en physique à l’Université de Berne et reçu de nombreux prix de la NASA pour ses réalisations au sol. De plus, il a été intronisé membre de l’Académie internationale d’astronautique et a reçu une médaille de leadership de la NASA ainsi que le Prix Heinrich-Greinacher 2018, la plus importante reconnaissance scientifique de l’UNIBE.
Thomas Zurbuchen veille à ce que les missions scientifiques de la NASA établissent des partenariats entre les disciplines et avec l’industrie ou d’autres nations afin de susciter de nouvelles interrogations et de faire progresser les frontières de la connaissance et de l’exploration. Il apporte à l’équipe de scientifiques et d’ingénieurs de classe mondiale de la NASA une grande richesse en matière de recherche scientifique, d’expérience en ingénierie et de connaissances pratiques. Thomas Zurbuchen définit ainsi la stratégie scientifique de la l’administration spatiale américaine et inspire les équipes à la mettre en œuvre.

D’un institut à l’autre
Ensuite, parce que parmi les 10 instruments du satellite, 3 sont de conception suisse. Tout d’abord le télescope STIX (Spectrometer/Telescope for Imaging X-rays) a été conçu et réalisé sous la direction de Säm Krucker de la Haute école spécialisée du Nord-ouest de la Suisse (FHNW) en collaboration avec des partenaires de Pologne, France, République tchèque, Allemagne, Autriche, Irlande et Italie. Sur mandat de la FHNW, l’Institut Paul Scherrer (PSI) a développé les détecteurs à pixels de 10 mm de côté, nécessaires pour mesurer l’énergie des rayons X, et l’Université de Berne (UNIBE) a également joué son rôle dans le partenariat avec la FHNW.
Mais la Suisse a aussi mis au point deux autres instruments : le EUI (Extreme Ultraviolet Image) et le SPICE (Spectral Imaging of the Coronal Environment), sous la houlette de la professeure Louise Harra, directrice de l’Observatoire PMOD/WRC de Davos.

Les pays engagés. – Graphique : ESA

Entreprises suisses impliquées sur le télescope STIX
Almatech SA, Lausanne – Art of Technology AG, Zurich – Syderal Swiss SA, Neuchâtel – maxon Motor SA, Sachseln – SWSTech AG, Frauenfeld –  Createch AG, Langenthal – CNC Dynamix AG, Büron – Ernst Hänni AG, Volketswil – Heinz Baumgartner AG, Urdorf – Hasler AG, Vogelsang – Niklaus SA, Meyrin – REMOTEC GmbH, Wädenswil – Ateleris GmbH AG, Brugg – KOEGL Space, Dielsdorf

Quelques liens / A few links

Solar Orbiter Probe Speeds at 245,000 km/h Towards the Sun

[Cape Canaveral, February 13, 2020, rke.] – On its way to the star of the day since February 9, 2020, the European – and somewhat American – space probe Solar Orbiter is heading towards the Sun. Four institutes and fourteen Swiss companies are involved in the realization of three instruments. A telescope developed by the FHNW and two image sensors from the PMOD/WRC Astronomical Observatory in Davos.

Epilogue. SLC 41 PAD two hours after launch. All clear. Let’s grab our gear and get out of here. – Photo: rke

It’s done, it’s gone on a mild night, under a clear sky and bright moonlight. The single-engine Atlas V 421 (short version) rocket (RD-180), flanked by two boosters, slowly and majestically rose from its launch pad SLC 41 at Cape Canaveral. A soft take-off and an ideal trajectory in a south-eastern direction, carrying a satellite composed of ten instruments. It must be said that this launch did not generate much interest here at Cape Canaveral, as evidenced by the headlines in the local newspapers that made a small « front page » of the event.

Thomas Zurbuchen from Berne, Switzerland,
NASA Leadership Medalist
As a little Swiss boy in the land of the great Uncle Sam, I can say I’m lucky. First of all, because Thomas Zurbuchen is a Swiss. For the past four years, he has been an Associate Administrator in the « Science Mission Directorate » at NASA headquarters in Washington. In the course of his career, the Berner has written or co-authored more than 200 articles in journals on solar and heliospheric phenomena. He received his PhD and MSc in Physics from the University of Bern and has received numerous NASA awards for his achievements on the ground. In addition, he was inducted as a Fellow of the International Academy of Astronautics and received a NASA Leadership Medal and the Heinrich Greinacher Prize 2018, UNIBE’s highest scientific recognition.
Dr. Zurbuchen ensures that NASA science missions build partnerships across disciplines and with industry and other nations to generate new questions and advance the frontiers of knowledge and exploration. He brings a wealth of scientific research, engineering experience, and practical knowledge to NASA’s world-class team of scientists and engineers. Zurbuchen defines the U.S. Space Administration’s science strategy and inspires teams to implement it.

From Institute to Institute
Secondly, because of the 10 instruments on the satellite, 3 are of Swiss design. Firstly, the STIX (Spectrometer/Telescope for Imaging X-rays) telescope was designed and built under the direction of Säm Krucker of the University of Applied Sciences Northwestern Switzerland (FHNW) in collaboration with partners from Poland, France, Czech Republic, Germany, Austria, Ireland and Italy. On behalf of the FHNW, the Paul Scherrer Institute (PSI) developed the 10 mm-sided pixel detectors needed to measure X-ray energy, and the University of Bern (UNIBE) also played its part in the partnership with the FHNW.
But Switzerland has also developed two other instruments: the EUI (Extreme Ultraviolet Image) and the SPICE (Spectral Imaging of the Coronal Environment), under the leadership of Professor Louise Harra, Director of the PMOD/WRC Observatory in Davos.

Little coverage for the launch of the Solar Orbiter in the Florida Today of February 11, 2020.