Décollage de Solar Orbiter : Mon Canon est resté sourd, mais pas la radio « RFJ-RJB-RTN »

[Cape Canaveral, February 10, 2020, rke. English below] Avec une précision tout helvétique, la fusée Atlas V a envoyé la sonde européenne (et un peu américaine) en direction de notre astre du jour à l’heure pile, dimanche 9 février 2020 à 23h03 (10 février 2020 à 5h03, Suisse). Grande « première spatiale » une interview quasi directe avec un œil rivé sur l’objectif.

Photo du haut : 3,2,1…
Allumage ! Ma seule et unique photo, tout proche d’Atlas.

Juste à côté de mon appareil à photo, celui de mon collègue Don Hladiuk. – Photo : Don Hladiuk.

Feu ! Une étincelle, un clic, et… stop. Non, ce n’est pas la fusée qui s’est arrêtée de décoller, mais mon Canon 40D, illustre dinosaure comme moi, puisqu’il a 15 ans ! Le boîtier, évidemment, pas moi, dans le début de ma soixantaine. Du coup, j’ai obtenu une belle image de l’allumage des deux moteurs, puis plus rien. Pourquoi ? Parce que le capteur de mon appareil, trop ancien, n’a pas réussi à digérer les images qu’il recevait des déclenchements que j’avais programmés. Cet escargot électronique a préféré ne pas enregistrer les images plutôt que de s’enrayer. Le vilain. Donc, lorsque nous sommes retournés sur le pas de tir, une heure et demie après le décollage, pour repérer notre matériel, j’ai pu constater qu’il n’y avait pas d’image. Donc, juste une, celle de l’allumage. De coup, je me suis retourné vers mes collègues pour voir ce qu’ils avaient pu capter et là, j’ai été époustouflé. Cela me rend jaloux de ne pas pouvoir faire des images autant belles qu’eux. Mais, dans le fond, cela n’est pas grave, car cela confirme que mon boîtier doit être changé par un plus moderne qui tient le coup des rafales… Cette déconvenue ne m’a pas dérangé pour autant, car j’avais la possibilité de photographier la fusée du centre de presse à 5 miles (3 km), là où j’ai l’habitude, ce qui m’a mieux réussi.

Tout en bas, la fusée, tout en haut la Lune sous les nuages. – Photo : rke

Jean-Michel Probst au casque, moi-même au front
Avant de partir in extremis de Suisse pour Cap Canaveral, notre radio supra-régionale (RFJ, RJB, RTN), m’a contacté pour donner mes impressions, ce que je n’ai évidemment pas refusé. Dès lors, avec et grâce à mon collègue journaliste Jean-Michel Probst, animateur de cette chaîne de radios, s’est mis au turbin pour m’interviewer sur les ondes en quasi direct. Or, comme le lancement a eu lieu à 5h03 (heure suisse), l’antenne n’était pas encore ouverte pour l’actualité, ce qui nous a obligé à réaliser du semi-direct. Du coup, grâce à mon tout récent smartphone (dont je ne citerai pas la marque, parce qu’on donne déjà trop de sous, mais pas de soucis, au constructeur de ce matériel), on a réalisé un tournage en 4K, diffusé sur le site internet de RFJ. L’opération s’est bien déroulée : j’avais installé mon Natel sur un trépied solide et Jean-Michel, en studio, me donnait les consignes par téléphone dans mes écouteurs.

La Lune, côté américain, que j’ai prise au téléobjectif. – Photo : rke

Un œil au loin, une oreille en ligne
Une demi-heure avant le lancement, on a procédé au même genre d’interview, mais cette fois seulement avec le son, par FaceTime. Puis en dernière minute je me suis installé sur un léger monticule à côté du centre de presse, en face de la fusée. Alors que j’ai à peine eu le temps de procéder aux réglages, j’ai commenté le lancement en direct (enfin presque), l’œil en même temps fixé sur le viseur de mon objectif. Une petite prouesse qui a nécessité, à la fois, de se concentrer sur le sujet et de bien réfléchir à ce que je dis.

Sur FaceBook… peu avant le lancement…

Être là
Vu les circonstances, mes photos ne sont pas trop vilaines. Je profite de l’occasion dans cette news présenter celles de mes collègues, qui, finalement étaient présents comme moi sur site. Et c’est ça l’important.

… et sur RFJ lors de La Matinale du 10 février 2020.

SOlAR ORBITER TAKEOFF: MY CANON WENT DEAF, BUT THE RADIO « RFJ-RJB-RTN » DIDN’t

Photo at the top: 3,2,1… Ignition! My one and only photo, very close to Atlas. Photo : rke

[Cape Canaveral, February 10, 2020, rke. English below] With Swiss precision, the Atlas V rocket sent the European (and somewhat American) probe towards our star of the day at exactly the right time, Sunday, February 9, 2020, at 23:03 (February 10, 2020, at 5:03, Switzerland). A great « space premiere » – an almost direct interview with an eye on the objective.

Fire! A spark, a click, and… stop. No, it’s not the rocket that stopped taking off, but my Canon 40D, an illustrious dinosaur like me, since it’s 15 years old! The case, obviously, not me, in my early sixties. As a result, I got a nice picture of the ignition of both engines, then nothing. Why is that? Because the sensor of my camera, too old, couldn’t digest the images it received from the triggers I had programmed. This electronic snail preferred not to record the images rather than stop. The naughty one. So, when we went back to the launch pad, an hour and a half after takeoff, to check our equipment, I could see that there was no image. So, just one, the one of the ignitions. Suddenly, I turned to my colleagues to see what they had captured and I was amazed. It makes me jealous that I can’t make images as beautiful as they are. But, basically, it doesn’t matter, because it confirms that my camera body needs to be replaced by a more modern one that can withstand the gusts of wind… This disappointment didn’t bother me though, because I had the opportunity to photograph the rocket from the press center 5 miles (3 km) away, where I’m used to, which worked out better for me.

La photo que j’ai réalisée en même temps que je donnait l’interview. – Photo : rke

Jean-Michel Probst at the helmet, myself at the front
Before leaving Switzerland in extremis for Cape Canaveral, our supra-regional broadcasting station (RFJ, RJB, RTN) contacted me to give my impressions, which I obviously did not refuse. From then on, with and thanks to my journalist colleague Jean-Michel Probst, host of this radio station, set to work to interview me on the airwaves almost live. However, as the launch took place at 5.03 a.m. (Swiss time), the airwaves were not yet open for news, so we had to go semi-direct. As a result, thanks to my brand-new smartphone (which I won’t mention, because we already give too much money, but no worries, to the manufacturer of this equipment), we made a 4K shoot, broadcast on RFJ’s website. I’d set up my handy on a sturdy tripod and Jean-Michel was in the studio giving me instructions over the phone in my headphones.

Et l’image de mon collègue Jacques van Oene.

One Eye in the Distance, One Ear in Line
Half an hour before the launch, we did the same kind of interview, but this time only with sound, by FaceTime. Then at the last minute I sat on a light mound next to the press center, in front of the rocket. While I barely had time to adjust, I commented the launch live (well, almost), my eye fixed on the viewfinder of my lens at the same time. A small feat that required both concentration on the subject and careful thought about what I was saying.

Being There
Under the circumstances, my pictures aren’t too bad. I take the opportunity in this news to present those of my colleagues, who, finally, were present like me on site. And that’s the important thing.

About  » RFJ-RJB-RTN « 
Since 2008, BNJ FM has been granted a radio license for the Jura Arc and brings together the programs RJB, RTN and RFJ with a mandate to offer a regional public service in the three regions concerned. BNJ FM therefore gives priority to local information and reflects the concerns and interests of the inhabitants of the Jura Arc. It offers generalist pop-rock music programming and its radio stations can be received in FM, DAB+, on the web and via mobile applications.

www.rfj.ch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.