K-9 Inspection – l’odeur de ma banane n’a pas échappé au nez du toutou du policier

J’ai posé mon Canon à côté du gros support-photo de la NASA (à gauche en blanc). C’est un peu en pente, mais on verra. – Photo : rke

[Cape Canaveral, February 9, 2020, rke. English below] – C’est dorénavant devenu un classique du genre, pour ne pas dire une routine : le Remote Camera. Comme je l’ai déjà expliqué lors de mes précédentes News, le pose des appareils photo à distance est un véritable parcours du combattant où l’on doit s’armer de patience.

Après les 2 badges nécessaires pour accéder au centre de presse (proche du VAB), celui de l’état et de la mission (le vert pour les étranges), les cars nous attendent à une heure fixée préalablement par email, uniquement aux heureux accrédités. Donc, après la fouille traditionnelle de la « K-9 Inspection », on a droit à la traditionnelle tournée du toutou qui renifle la moindre odeur suspecte. J’avais oublié par mégarde de sortir un fruit (une banane un peu ratatinée) de mon sac à dos et le chien s’est arrêté quelques secondes à cet endroit. Son maître a bien vu qu’il ne doit pas s’attarder, car je pense que l’animal doit éviter ce genre de victuaille. Mais je me suis quand même senti un embarrassé. Pourtant, j’avais laissé le chocolat à l’hôtel. Il faut dire qu’on se méfie de nous, même après avoir passé les étapes administratives précédentes. Comme d’habitude, les reporters et journalistes étrangers sont souvent mis de côté, mais pas toujours, du moins à la NASA. Mais cette fois-ci, les « verts » (Canadiens et Européens), seulement eux, ont dû monter dans le premier car.

The official photographer of the European Space Agency was there. – Photo: rke

Trois quarts d’heure de réglages
À 10h ce matin du dimanche 9 février 2020, le ciel est limpide, parsemé de quelques cumulus et d’un aigle qui survole les alentours. On part donc sur le fameux pas de tir SLC 41, à 5km de là, celui-là même qui a lancé la capsule privée Starliner de Boeing, en décembre dernier. On nous donne ¾ d’heure pour déposer et régler notre matériel. Je transpire, car je dois me concentrer sur les réglages de mon appareil à photo, lequel est posé sur mon tripode légèrement incliné sur un monticule, directement en face de la fusée, à une cinquantaine de mètres. Les deux fois précédentes, j’ai quasiment loupé toutes mes images. Je suis donc sur l’expectative. Mais, après tout, comme je suis le seul Helvète sur site, même des photos floues me conviendront. Je me tiens les pouces.

Un selfie pour les réglages…

La pose : 13 heures avant le décollage
Il nous a donc fallu deux heures et demie aller-retour pour installer notre matériel, de jour, soit 13 heures avant le lancement qui aura lieu encore fois de nuit avec une fusée Atlas. Retour rechercher nos images très tôt lundi matin, environ une heure et demie après le décollage.

K-9 INSPECTION – MY BANANA’s SMELL DIDN’t ESCAPE THE DOGGIE’s NOSE

[Cape Canaveral, February 9, 2020, rke] – It has now become a classic of its kind, if not a routine: the Remote Camera. As I’ve already explained in my previous news, remote camera installation is a real obstacle course where you have to be patient.

I didn’t dare take the policeman with his dog. Forbidden! Photo: rke

After the 2 badges needed to access the press center (close to the VAB), the one for the state and the mission (the green one for the strange ones), the buses are waiting for us at a time previously fixed by email, only to the lucky ones accredited. So, after the traditional search of the « K-9 Inspection », we are entitled to the traditional tour of the doggie sniffing the slightest suspicious smell. I had inadvertently forgotten to take a fruit (a slightly shriveled banana) out of my backpack and the dog stopped for a few seconds at that spot. His master saw that he shouldn’t linger, because I think the animal should avoid this kind of food. But I still felt embarrassed. Yet I had left the chocolate at the hotel. It has to be said that people are suspicious of us, even after having gone through the previous administrative steps. As usual, foreign reporters and journalists are often put aside, but not always, at least at NASA. But this time, only the « greens » (Canadians and Europeans) had to get on the first bus.

Three Quarters of an Hour of Adjustment
At 10 a.m. this morning of Sunday, February 9, 2020, the sky is clear, dotted with a few cumulus clouds and an eagle flying over the surrounding area. We leave on the famous SLC 41 launch pad, 3 miles away, the same one that launched Boeing’s private Starliner capsule last December. We are given ¾ time to drop off and pay for our equipment. I’m sweating because I have to concentrate on adjusting my camera, which is on my tripod, slightly tilted on a mound directly in front of the rocket, about 50 meters away. The two previous times, I almost missed all my pictures. So I’m on the waiting list. But, after all, as I’m the only Swiss on site, even blurry pictures will suit me. I’m holding my thumbs.

Atlas V with its exit from the flames. Photo : rke

The Exposure: 13 Hours Before Takeoff
So it took us two and a half hours round trip to set up our equipment, during the day, 13 hours before the launch, which will take place again at night with an Atlas rocket. Return to get our images very early Monday morning, about an hour and a half after liftoff.