Solar Orbiter parée au décollage

[Cape Canaveral, February 8, 2020, rke. English below] – La sonde spatiale Solar Orbiter est parée au lancement ce lundi 10 février 2020 à 23h03 (locale), 5h03 heure suisse, de Cap Canaveral. Parmi une dizaine de journalistes étrangers (dont 3 Européens et 4 Canadiens), je suis le seul reporter suisse accrédité officiellement par la NASA sur le site de l’US Air Force… et de la tour de lancement pour y poser mon appareil photo.

À gauche : la tour ULA de laquelle est sortie la fusée Atlas V (58,3 m de haut) au milieu et derrière moi le pas de tir SLC 41.
On the left: the ULA tower from which the Atlas V rocket (58.3 m high) came out in the middle and behind me the SLC 41 launch pad.
Photo taken by : Jacques van Oene

Le Soleil, on l’aime, mais il est un peu fou. A 150 millions de km de nous terriens (93 millions de miles), cette grosse marmite née il y a 5 milliards d’années crache des flammes qui forment une couronne aussi chaude que son centre. Je précise. Au cœur du Soleil, il règne une température de 15 millions de degrés C. (27 millions de degrés F.). On ne s’en serait pas douté. À sa surface : 5’982 degrés C. (10’800 degrés F.). Quoi, (seulement) ? Le pire : les crachats que notre astre nous envoie et qui forment une couronne (protubérances) dégagent une température de 45 millions de degrés C. (80 millions de degrés F.). Eh oui, aussi chaud qu’au milieu de l’astre. C’est pourquoi les astronomes (et les autres) veulent en savoir plus et y envoyer des sondes spatiales. Mais pas seulement à cause de ça.

Du « vent » à la « tempête »
Pour eux, il faut « ouvrir une fenêtre » sur l’intérieur de la couronne du Soleil, source du vent solaire, qui baigne l’ensemble du Système solaire et dont l’interaction avec notre planète gouverne la météorologie de l’espace. Car ce fameux « vent solaire » évolue alors en une « tempête solaire » qui, outre les aurores boréales, peut également provoquer des perturbations au niveau des satellites de communication, du GPS, des avions ou des réseaux électriques.

Au sommet, la sonde Solar Orbiter. – Photo : rke

Circuits électriques coupés
La plus grande tempête solaire connue de l’humanité, dite « événement de Carrington », a eu lieu en 1859. Le réseau des télégraphes aux États-Unis a alors été détruit, des agents ont reçu des décharges, du papier a brûlé dans les stations, et la lumière boréale a été visible à des latitudes inédites (jusqu’en Amérique centrale). En 1989 au Québec, la modification du champ magnétique de la Terre a créé un courant électrique à très grande échelle qui, par effet domino, fit disjoncter les circuits électriques, provoquant un gigantesque black-out. Les éruptions peuvent également perturber les radars dans l’espace aérien (comme en 2015 dans le ciel scandinave), les fréquences radio, et endommager des satellites.

Élaborer des modèles pour affiner les prédictions
Donc, allons-y voir sur place. Solar Orbiter va s’approcher à 42 millions de kilomètres du Soleil, soit moins d’un tiers de la distance Soleil-Terre. C’est à la fois loin et proche.

En observant ces régions directement liées aux sources des vents, les mesures du satellite européen et américain vont permettre d’élaborer des modèles pour affiner les prédictions. Car une ne tempête solaire peut nous arriver dessus en un jour ou deux !!!

SOlAR ORBITER READY FOR TAKE-OFF

[Cape Canaveral, February 8, 2020, rke] – The Solar Orbiter spacecraft is ready for launch on Monday, February 10, 2020 at 11:03 p.m. (local), 5:03 a.m. Swiss time, from Cape Canaveral. Among a dozen foreign journalists (including 3 Europeans and 4 Canadians), I am the only Swiss reporter officially accredited by NASA on the site of the US Air Force… and of the launch tower to put my camera there.

Rollout of Atlas V on US Air Force Base SLC 41. – Photo : rle

We love the Sun, but it’s a bit crazy. At 150 million km from us earthlings (93 million miles), this big cauldron born 5 billion years ago spits out flames that form a crown as hot as its center. Let me be more specific. At the heart of the Sun, the temperature is 15 million degrees C. (27 million degrees F.). We wouldn’t have guessed it. At its surface: 5,982 degrees C. (10,800 degrees F.). What, (only)? Worst of all: the spit that our star sends us, which forms a crown (protrusions), gives off a temperature of 45 million degrees C (45 million degrees F.). (80 million degrees F.). Yes, as hot as in the middle of the star. That’s why astronomers (and others) want to know more and send space probes there. But not only because of that.

From « wind » to « storm »…
For them, it is necessary to « open a window » on the interior of the Sun’s corona, the source of the solar wind, which bathes the entire Solar System and whose interaction with our planet governs space weather. This famous « solar wind » then evolves into a « solar storm » which, in addition to the aurora borealis, can also cause disruptions to communication satellites, GPS, aircraft or power grids.

Electrical Circuits Cut Off
The largest solar storm known to mankind, known as the « Carrington Event », occurred in 1859. The telegraph network in the United States was destroyed, agents received discharges, paper was burned at stations, and boreal light was visible at unprecedented latitudes (as far away as Central America). In 1989 in Quebec, the modification of the Earth’s magnetic field created a very large-scale electric current which, through a domino effect, caused the electrical circuits to break, resulting in a gigantic blackout. Flares can also disrupt radar in airspace (as in 2015 in Scandinavian skies), radio frequencies, and damage satellites.

Developing Models to Refine Predictions
So, let’s go there. Solar Orbiter will be approaching 42 million kilometers from the Sun, less than a third of the distance between the Sun and Earth. That’s both far and near.

By observing these regions directly linked to wind sources, measurements from the European and American satellites will enable us to develop models to refine the predictions. Because a solar storm can hit us in a day or two!!!

Tout à droite au fond la tour de lancement et Atlas V. On se prépare. At the far right is the launch tower and Atlas V. Let’s get ready.
– Photo : rke

Une réflexion sur « Solar Orbiter parée au décollage »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.